AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

Alimentation / Agriculture AVA

  • Facettes du développement durable: dernières news

    La prise de conscience et la mobilisation citoyenne apparaissent prioritaires pour remplir les objectifs de développement durable d'ici à 2030. Produire, valoriser et diffuser les connaissances sur cette thématique très transversale y contribue. Les dernières news à découvrir:  alimentation, transport, énergie, lutte contre le sac plastique à usage unique, casse-tête des épaves de bateaux abandonnées, mobilisation pour une appropriation citoyenne des espaces communs.

  • Des clés pour une alimentation durable

    La question de reconquérir l’autonomie alimentaire du fenua est de plus en plus urgente. Celle-ci doit passer par une augmentation de la production locale. Et ce, sans sacrifier à la qualité, ainsi qu'ont pu le démontrer quatre des agriculteurs "bio" regroupés au sein du système participatif de garantie (SPG) Biofetia, lors de deux "journées portes ouvertes" des faa'apu bio organisées par cette association. Découverte, également, d'une formation à l’agriculture syntropique, un concept éminemment écologique.  Également au menu de cette rubrique, un colloque sur la recherche apicole à l'occasion de la journée mondiale des abeilles. Et un clin d'oeil associant agriculture et production d'énergie : le solaire va peut-être aider les vaches à produire plus de lait.

  • Promouvoir et favoriser une gestion durable du fenua, au sein du Pacifique

    Outre le Blue Climate Summit, la Polynésie française a accueilli récemment plusieurs événements régionaux visant à promouvoir et favoriser une gestion durable du fenua : Projet régional océanien des territoires pour la gestion durable des écosystèmes (PROTEGE) ; Conseil de coopération économique du Pacifique réuni en séminaire à Tahiti pour une meilleure gouvernance et une utilisation durable des ressources de la grande région ; Séminaire international sur l’économie bleue organisé par l’université ; Matinales du MEDEF sur la thématique de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et engagements du Pays en matière d’environnement.

  • Santé: une démarche éco-responsable et inclusive

    Alors qu’en Polynésie française, une personne sur six est en « longue maladie », un label sera décerné aux 38 établissements scolaires inscrits cette année dans le dispositif "Santé à l’école".Une approche globale, inscrite dans un cadre de développement durable*, donnant aux élèves la possibilité d’acquérir des compétences en matière de santé tout en développant les compétences scolaires attendues à leur niveau de classe. Rangiroa a aussi inauguré) sa première édition Ea’ttitude.

  • Cinq initiatives en faveur du développement durable du fenua

    Cession de terres domaniales aux îles Australes afin de favoriser leur autonomie alimentaire et dynamiser leurs activités agricoles et artisanales. Sans oublier le traitement de leurs déchets ; ils seraient plus de 150 agriculteurs "bio" en Polynésie française : portrait de l'un d'eux à Mataiea ; à Tahiti, une société se spécialise dans les emballages réalisés à partir de fibres de bananiers, une réelle alternative aux emballages importés ; latelier Tata'i, qui lutte contre l’obsolescence programmée se déploie à Rangiroa ; ouverture d'un camping écolo à Bora Bora, sur le motu Taufāri’i.

  • La transition écologique du fenua en cours : une semaine de news

    La FAPE Te Ora Naho vient de faire paraître le 2ème numéro de son magazine annuel « 50 Solutions pour un fenua durable ». L’occasion de jeter un coup d’œil transversal sur une semaine durant laquelle ont été déployées plusieurs facettes de ce « développement durable » dont beaucoup peinent encore à saisir la nécessité. On y retrouvera, sur une période hebdomadaire, les différentes catégories décrites et illustrées dans le magazine. Problématiques, solutions et acteurs...

  • Facettes du développement durable

    Il y a de multiples manières de contribuer à un développement durable (c-à-d vivable, soutenable et équitable) du fenua. D'abord, se mobiliser pour lutter contre la pollution, souvent fruit de l'inconscience et de l'égoïsme. Favoriser l'autonomie énergétique et l'habitat écologique, contribuer à la promotion d’une meilleure alimentation en sont d'autres facettes. Les news de la semaine.

  • Le développement durable en marche : une dizaine d'exemples en Polynésie

    Bio expérimental à Rangiroa, permaculture à Faa’a ; protection des zones humides à Moorea ; une convention État/Pays pour accompagner la transition énergétique ; appel à projets pour la création d'un Atlas de la biodiversité communale ; appel à projets pour préserver durablement le patrimoine, la biodiversité et les richesses naturelles de la vallée de la Punaru’u ; végétalisation des murs de l’école Tuterai Tane, à Pirae, pour éviter la climatisation des classes ; à Raiatea, l’association Te miti e te fenua veut concilier économie et écologie ; subvention pour le futur siège « vert » de la Codim ; un univers virtuel, éco-durable baptisé Maohi Games.

  • Développement durable : agriculture, recyclage, cinq projets en cours

    Cette revue de presse vous invite à découvrir cinq projets en cours orientés vers un développement durable du fenua. Leur traitement éditorial est différent selon les médias. L'occasion d'en préciser les différentes facettes, selon l'angle retenu : Agriculture = Faire fructifier les terres de Maupiti et développer son autonomie alimentaire ; bel essor du pitaya, ou fruit du dragon, à Hao - Recyclage = appel à financement pour un projet de Upcycling, à Faa’a ; une solution pour traiter et recycler les pneus usagés qui s’accumulent à Paihoro ; valorisation des coquilles d'huîtres perlières à Fakarava. En bonus, une démarche calédonienne d'écomobilité qui pourrait inspirer la Polynésie française.

  • Développement durable: faire émerger des solutions

    Le développement durable demande des équipements structurants engagés dans la durée. L'année 2022 démarre avec des projets dont on espère qu'ils aboutiront: collaboration État/Pays pour l'aménagement, l'habitat, les transports, l'énergie ;  validation du schéma directeur du traitement des déchets sur les 10 années à venir ( bac marron, réseau de déchetterie et incinérateur) ; la commune de Teva I Uta met le paquet pour développer l'agriculture bio ; le swac du groupe Pacific Beachcomber fait le buzz au Consumer Electronics Show de Las Vegas ; aux Tuamotu, un projet innovant de création d’un laboratoire de transformation de produits issus de l’aquaculture ; l'UPF souhaite organiser un challenge pour tester les technologies houlomotrices ; accompagnement de la transition écologique: la démarche partenariale avec l'Ademe reconduite jusqu'en 2023.

  • Propositions pour une agro-foresterie plus durable

    Une agriculture durable est rendue possible grâce à un système de production agricole qui vise à assurer une production pérenne de nourriture, de bois et de fibres en respectant les limites écologiques, économiques et sociales qui assurent la maintenance dans le temps de cette production. Cette tendance commence à être mieux représentée en Polynésie française. Quelques exemples en cette fin d’année.

  • Évolution du fenua en direction d’une agriculture saine et de qualité

    Montée en puissance du bio en Polynésie, avec notamment les deux premiers producteurs d’œufs labellisés ; octroi des mentions « Appellation d’origine », « Indication géographique » ou encore « Qualité supérieure » aux produits polynésiens de la terre, de la mer et de l’artisanat traditionnel ; projet d’aides à l’acquisition de motoculteur électrique pour faciliter le travail au fa’a’pu.

  • L'agriculture locale en quête de résilience

    Consommation locale, circuits courts, premières productions d'oeufs bio en Polynésie, formations aux métiers agricoles... Le secteur de l'agriculture du fenua poursuit sa mue en direction d'une production plus résiliente, moins dépendante de l'extérieur et plus saine, au profit des consommateurs. Après une année d'absence, la foire agricole a fait son retour, dans des conditions "mini", néanmoins, en fonction des conditions actuelles de crise "sanitaire". Un stand tenu par la Direction de la santé donne de l’information sur l’alimentation équilibrée et la santé globale.

  • Développement économique v/s la préservation de l'environnement

    La mise en place d’activités économiques peut (ou ne pas) faire bon ménage avec les nécessaires protections de l’environnement. Le point sur différents projets en cours. En positif: Règlementation des espaces maritimes de Raiatea et Tahaa ; deux visions de l'économie bleue ; la biosécurité ; faapu collectif à Mahina  // Posent problème:  le PGEM de Moorea ; projet d’élevage porcin à Taravao ; Glyphosate : un dossier enterré ?

  • Trois initiatives pour un fenua plus durable

    Trois initiatives, en ce début de novembre, pour mieux réconcilier l’homme, la nature et l’économie dans une société qui doit emprunter le chemin de sa transition écologique : promotion du bio, gestion durable d’entreprises, éducation et préservation de la biodiversité. 

  • Les effets bénéfiques des plantes

    Santé individuelle et santé collective vont de pair avec la bonne santé de l’environnement. La valorisation des plantes médicinales, aromatiques et cosmétiques est l’un des éléments permettant de renforcer les systèmes immunitaires humains et naturels. En vue de leur production et de leur commercialisation s’est tenu récemment à Tahiti un séminaire préparatoire à une réunion des tradipraticiens, prévu pour le 11 décembre. Un livre collaboratif sur les plantes utiles du Pacifique est aussi en préparation.

  • Des pistes pour plus d'autonomie alimentaire

    L'autonomie alimentaire du fenua, objectif de développement durable, est un horizon encore lointain. Consommer local et aider les producteurs à écouler leurs stocks, ces raisons permettront-elles de concrétiser un moratoire sur l'importation des carottes ? Un potager « clé en main » permettant de cultiver fruits et légumes du Fenua est aujourd'hui proposé par une jeune start-up lauréate du concours Tech4Islands Awards ; la population d'Arue est encouragée à planter bio et, pour cela, à apprendre à fabriquer de l'engrais de poisson.

  • Pour une alimentation durable: réflexion et pratique

    De l'organisation d'une table ronde et d'un forum à la pratique sur le terrain, l'agriculture et l'alimentation sont au coeur du développement durable* quand leurs acteurs s'engagent à en valoriser la dimension écologique et à promouvoir la santé des consommateurs: transition alimentaire, restauration collective, agriculture biologique, électro agriculture.

  • L'alimentation en question : privilégier l'autonomie et la qualité

    Notre assiette constitue le socle incontournable du changement que nous souhaitons pour notre santé et celle de la planète. La crise sanitaire actuelle démontre à l'envi que les pathologies (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires...) qui affectent une grande partie des Polynésiens ont notamment pour cause une mauvaise alimentation. D'où la nécessité d'établir un diagnostic du système alimentaire du fenua ; l'intérêt aussi de retourner vers une alimentation plus traditionnelle mettant en valeur ses produits ; ce qui implique, pour plus d'autonomie alimentaire, d'accompagner les porteurs de projets agricoles ; de faire connaître la préparation et l’utilisation d’engrais à base de déchets de poisson comme engrais naturel ;sans oublier de développer le sens du goût chez les jeunes...

     

  • Développement durable : des initiatives en cours

    Le développement durable s’invite au cœur d’activités qui ont une importance dans la vie quotidienne : protection de la biodiversité, traitement des déchets, alimentation, tourisme. Il y a encore beaucoup de choses à dynamiser mais des initiatives, pionnières ou plus avancées, indiquent le chemin à suivre.

  • Environnement et société - annonces officielles : récompense, espoir et... déception

    Les annonces se suivent et ne ressemblent pas: Bonne nouvelle pour Jean Kape qui vient d'être nommé lauréat des prix du leadership pour l’environnement des îles du Pacifique par le secrétariat du Programme régional pour l’environnement dans le Pacifique; Annonce officielle de l'organisation, à Tahiti en octobre, d'une une table-ronde sur la Transition alimentaire qui doit devenir un axe central et prioritaire de nos politiques publiques ; Déception, en revanche, pour les habitants de Moorea mis devant le fait accompli d'une parution au JOPF de la révision du PGEM de l'île soeur et donc un blanc-seing potentiel pour des projets immobiliers pas toujours bienvenus et contestables sur le plan environnemental et sociétal...

  • Pour une alimentation "durable" : mieux comprendre et s'organiser

    Prémunir la population des maladies, en mangeant équilibré ; Mieux comprendre les mauvaises habitudes de consommation ; Produire de la nourriture en éduquant et en partageant (3 projets en cours à Moorea, Mahina, Arue) ; Malgré les difficultés d'écoulement de leur production (pour cause de confinement), des agriculteurs se disent prêts à proposer de véritables solutions pour promouvoir et vendre le fruit de leur travail.

  • Des technologies adaptées au développement durable

    Soixante-sept solutions innovantes en provenance de 20 pays et territoires étaient candidates à ce concours, Tech4Islands Award, organisé par la French Tech Polynésie dans l’objectif de faire émerger des solutions innovantes par et pour les îles en faveur d’un développement insulaire plus autosuffisant, durable, inclusif et résilient ; près de 7 milliards de francs CFP d’investissements privés sont attendus pour construire des centrales photovoltaïques avec batterie, qui pourraient être reliées au réseau dès 2023.

  • Pour un environnement mieux préservé: des initiatives à suivre

    Le réchauffement climatique, l'actualité le démontre, ne doit pas faire oublier d'autres problématiques qui lui sont associées dans la vie de tous les jours. La protection de la biodiversité, le tourisme durable dans une perspective de transition écologique, la création dejardins partagés associatifs et communaux, la formation à une agriculture elle aussi “durable”. On n'oubliera pas non plus la sensibilisation par le biais de création expressive (BD, écriture, image...). Le dépôt sauvage de déchets par une population encore inconsciente des conséquences de gestes irréfléchis ou égoïstes nécessite encore, hélas, l'action de bénévoles. Quant aux chiens errants, ils méritent un meilleur sort que celui qui leur est souvent réservé.Aux Marquises, l’association Nuku Hiva Animara est en cours de création pour y remédier.

  • Alimentation: progression du bio et du compostage, promotion des produits locaux

     Le bio est en émergence à Tahiti et dans les îles. Des formations sont organisées par le CFPPA. La filière des oeufs issus d'élevages de poules menés en mode d'agriculture biologique est en voie d'encadrement par un label. Quant au compostage individuel, il fait l'objet d'un programme de développement auprès de plus d’une centaine de foyers volontaires de Mahina.

  • Référentiels et recherche pour une meilleure identification de la qualité des aliments

    Il existe plusieurs qualités dans la production des œufs, selon les conditions d'élevage des poules. Les consommateurs pourront désormais y voir plus clair ; Quant aux produits "bio", ils doivent être certifiés pour être vendus comme tels. Pour les productions locales vendues localement, en Polynésie française comme dans le Pacifique, c'est la Norme océanienne d'agriculture biologique (NOAB) qui est appliquée. Un guide de lecture est en cours d'élaboration pour une meilleure appréhension des certificateurs et des producteurs ; Recherches en cours de la DRM concernant l'aquaculture.

  • Résilience climatique, autosuffisance alimentaire : des pistes à suivre

    Le Fenua s’oriente-t-il vers une meilleure résilience au changement climatique ? L’Initiative Kiwa, « guichet unique » de la résilience climatique dans le Pacifique ; Les schémas de l’Agence d'aménagement et de développement durable des territoires seront-ils économiquement et écologiquement soutenables ? ; Sans doute faudra-t-il changer certaines habitudes alimentaires délétères… ; À Maupiti, bon exemple, on se bouge par contre pour plus d'autosuffisance alimentaire ; Un concours, Tech4Islands, souhaite en tout cas mettre en lumière des solutions innovantes pour aider les îles à se développer de manière durable, à protéger leurs ressources et à s’orienter vers l’autosuffisance.

  • Santé, environnement, économie, métiers d’art : l’alimentation au cœur de l’éducation

    Le dispositif « Ecole en santé » de Polynésie française a pour but de promouvoir la santé à l’école en agissant sur les déterminants de santé accessibles à l’école, et en développant les compétences psycho-sociales des élèves ; la notion de circuit court est enseignée dès la maternelle, où les tout petits apprennent à manger les légumes qu'ils cultivent ; un projet de loi à l’étude pour imposer une part minimale de produits locaux dans l’élaboration des menus de la restauration scolaire ; au Centre des métiers d’art, le regard d’artistes en formation sur l’environnement, la biodiversité, l’alimentation.

  • Vers une agriculture durable et une alimentation plus saine

    La souveraineté alimentaire était au programme du conseil des ministres du 14 juin. Le nouveau président de la CAPL table aussi sur l'autosuffisance alimentaire du Pays en améliorant la production tout en diminuant la dépendance aux produits chimiques. À Faa'a, la Brigade Verte et l’association Hotuarea Nuimènent une campagne de plantation d’arbres fruitiers dans un quartier prioritaire de la commune. Des ateliers « faaapu » ysont aussi proposés aux enfants sur le temps périscolaire. Une nourriture saine, qui évite les aliments diabétogènes est la base d'une bonne santé.

  • Alimentation durable : petite revue de presse

    Mettre en place un schéma d’alimentation durable, c’est mettre en avant une dimension économique, une dimension environnementale, une dimension sociale. Petite revue de presse de l’actualité récente : marché du terroir ; expérience de manger 100% local pendant un mois ; ressources de la noix de coco ; aquaponie ; projet de mise en terre de plantes endémiques à Moorea.

  • Pour une agriculture nourricière et respectueuse de l’environnement

    L’agriculture, du champ à l’assiette, est l’une des pierres angulaires du développement durable. Au menu de l’actu locale : Promouvoir la filière agricole, informer sur l’appellation « biologique », utiliser des intrants respectueux de l’environnement (jus de poisson), former à la permaculture, protéger les terres de la fourmi de feu, valoriser les déchets organiques dans les écoles, et intégrer les produits locaux dans leurs menus.

  • Naturel, local, en circuit court: une tendance qui monte

    Décider de se tourner vers une alimentation locale et directe ne manque pas de points positifs. Tout d’abord, c’est la meilleure des options santé par l’achat de produits de qualités et, de plus, de saison. En effet, en tant que consommateur, vous êtes au courant de ce qui se retrouve alors dans votre assiette. Naturel, local, solidaire, en circuit court... la tendance se développe sur le fenua. 

  • Une production saine et locale ? Votez avec votre fourchette

    Lutte contre le gaspillage alimentaire, desserts sans sucre ajouté, composition d’une assiette équilibrée, vaisselle à usage unique en matière écoresponsable, l’agriculture métier d’avenir, valorisation des déchets de poissons, trésors de la noix de coco... De multiples ingrédients composent la recette d'une alimentation saine. Et deux événements à suivre en mai pour mieux consommer local.

  • Le fenua en route vers une production agricole durable ?

    Satisfaire les besoins alimentaires grâce à une production de qualité, en quantité adéquate et dans le respect de la souveraineté alimentaire tout en protégeant l'environnement, c'est l'un des défis auxquels est confrontée la Polynésie française. Cela implique aussi de préserver, voire créer, des emplois attractifs et de qualité, tant salariés que non-salariés, en activant la formation, l’accompagnement à la conversion, la transition, la revalorisation de l’image du métier d’agriculteur.rice. Cette revue de presse fait le point sur des avancées actées dernièrement sur le fenua. Avec de nombreux liens pour en savoir plus sur le sujet.

  • Grands équipements : eau, énergie, transport, secteur primaire

     L'eau, l'énergie, les transports, les resssources impliquées dans l'agriculture et la pêche... sont des secteurs des domaines primaires et secondaires de production qui ne peuvent être maîtrisés dans leur globalité qu'à une vaste échelle  (publique ou privée). La vie quotidienne en dépend (consommation, habitat, déplacements...). Ils doivent être appréhendés dans une perspective de développement durable, c'est-à-dire aussi soutenable, sur le moyen et le long terme. Plusieurs points importants de leur gestion ont pu être abordés en mars.

  • Un environnement sain pour une alimentation saine

    Beaucoup de personnes déclarent vouloir consommer des aliments sains, c’est-à-dire bons pour leur santé, pour celle des paysans qui les produisent, respectueuses de celle des animaux d’élevage et écologiques. En parallèle, trop nombreux sont encore ceux qui ingurgitent d’énormes quantités de sucre, d’amidon et de matières grasses, produits à bon marché avec peu d’attention pour la santé, le bien-être animal ou l’environnement. Il y a des alternatives à cette “mal-bouffe”.

  • Agriculture et alimentation plus durables : la transition en cours

    Le processus de transition agricole et alimentaire en cours au fenuapoursuit son chemin, petit à petit. Émergence du bio, recours à une agriculture plus "reponsable"... petits et gros producteurs s'y mettent. Des formations sont organisées pour les animateurs de centres de vacances et de loisirs en vue d'y promouvoir  de bonnes pratiques alimentaires. Quant à la noix de coco, elle offre de nouveaux débouchés pour qui sait utiliser la nature fibreuse de sa bourre... 

  • Alimentation: vers un développement local durable

    Une approche globale de l'alimentation permet de prendre en compte de nombreux enjeux de développement durable : modes de production agricole, santé et nutrition, aménagement du territoire et foncier, éducation, cohésion sociale et mieux vivre ensemble… 

  • Alimentation durable: une tendance en évolution positive

    La crise sanitaire et socio-économique actuelle fait devenir de plus en plus importante la question de l’alimentation : l’agriculture - et sa capacité potentielle à assurer une autonomie alimentaire - mais aussi la consommation des aliments et leur préparation culinaire sont au cœur d’une tendance en évolution positive sur le fenua. Économiquement, socialement et sur le plan de la santé.

  • Alimentation: les métiers de la terre revalorisés

    Et si la prochaine crise n'était pas sanitaire mais alimentaire ? Redynamiser le secteur agricole c'est: créer de l'emploi; nourrir les gens avec des produits de qualité pour les garder en bonne santé; favoriser la biodiversité; créer du lien social; repeupler les districts et les îles ; augmenter la résilience du territoire; développer l'Agri-tourisme; limiter nos importations...

  • Ils font bouger le fenua

    Ils sont entrepreneurs, sociétés, porteurs de projets, développeurs de programmes... et ils proposent des initiatives qui vont dans le sens d'une économie plus équitable et/ou plus respectueuse de l'environnement.

  • Initiatives alternatives: le respect de la nature en commun

    Un point commun relie ces activités humaines:  production d'énergie, agriculture et jardinage, activités touristiques et de randonnée, cuisine, aménagement de sites ou de bâtiments... Ces initiatives récentes tentent de concilier leur opérativité avec le respect de la nature. 

  • Économie: quelques initiatives à suivre

     Artisanat v/s agriculture, lunettes biodégradables, réduction du gaspillage alimentaire,fabrication de crème solaire et d’huile sèche à base de Tamanu bio, autosuffisance alimentaire du Pays... autant de pistes à suivre dans la direction d'une économie polynésienne plus "durable".

  • Pae uta: une dynamique en cours pour plus d'autonomie alimentaire

    75% de ce que nous mettons dans nos assiettes vient de l’importation. La couverture des besoins alimentaires n’est que partiellement assurée par l’agriculture locale. Celle-ci fait néanmoins l’objet d’une politique de soutien active du Pays. Avec un bémol, cependant, évoqué par le Cesec. Des initiatives de formation et la mise en route de projets novateurs contribuent aussi à la mise en place d'une autonomie alimentaire souhaitable, pour plus de résilience.

  • Développement durable: sensibilisation et actions en cours

     Sensibilisation au tourisme éco-culturel, semaine "santé, développement durable", formation à l'agriculture, valorisation des déchets de poisson, "upcycling", engagement pour la propreté d'un littoral... autant d'initiatives pour un fenua plus "durable" à faire connaître et à soutenir.

  • Développement durable : sur le front de la sensibilisation

    Alimentation, solidarité, traitement des déchets, santé, lutte contre la pollution : associations, écoles et institutions… développent des actions diverses et variées, concrètes ou artistiques, pour inciter la population à adopter des comportements plus écologiques et plus solidaires. De beaux exemples de la transversalité nécessaire au développement durable.

  • Initiatives économiques éco-durables en développement

    Des entreprises polynésiennes proposent des produits et services plus respectueux de l’environnement et certaines s’engagent dans des actions concrètes de développement durable. Quelques exemples en développement dont les médias ont récemment parlé.

  • Agriculture durable : un concept en émergence au fenua

    Le concept d’agriculture durable est fondé sur la nécessité de développer des pratiques qui n’ont pas d’effets néfastes sur les ressources naturelles, tout en conduisant à une amélioration de la productivité agricole. Pour ainsi dire, produire plus, plus proprement, avec moins de ressources. Le Pays, des particuliers ou encore une commune de Tahiti s’engagent dans cette voie. Quelques exemples actuels en voie de développement.

  • Alimentation : la crise Covid-19, occasion de dynamiser les productions locales

    Le modèle de développement acté en Polynésie française pendant des décennies a des conséquences importantes et préoccupantes en matière d’alimentation. L'agriculture y a été longtemps dévalorisée. Or, la situation de crise sanitaire, avec ses conséquences économiques, démontre l’urgence d’un développement plus résilient et d’une moins grande dépendance aux importations. Des réponses, individuelles, communautaires ou collectives commencent à émerger...

  • Alimentation et développement durable: les exemples du mois

    L’alimentation durable constitue une porte d'entrée de plus en plus empruntée pour la mise en mouvement des territoires dans la transition écologique et solidaire. Elle impose une approche transversale des enjeux et en cela porte une visée transformatrice du modèle de développement des territoires : défi énergétique (lutte contre le dérèglement climatique), défi environnemental (préservation des ressources naturelles et de la biodiversité), mais également développement de l’emploi local non délocalisable, aménagement du territoire, santé, mieux vivre ensemble, lien entre les espaces ruraux et urbains...*En voici quelques exemples médiatisés par la presse locale en septembre.

  • Société, économie, culture, environnement : déployer un regard transversal

    Appréhender la thématique du développement durable, c’est intégrer la notion de “transversalité” entre des domaines apparemment loin les uns des autres… Tout est lié ! : éco-mobilité, alimentation durable, société : éducation et sensibilisation, culture, protection de l’environnement et de la biodiversité. Le mois de septembre est riche en initiatives. Les médias locaux en ont parlé, mais de façon dispersée. Il est opportun de les contextualiser dans cette perspective.

  • Agriculture, alimentation, plantes et santé : des pistes de résilience à suivre

    La crise liée à la Covid-19 a mis en évidence les fragilités d’un système économique très dépendant des importations. Le secteur stratégique qu’est l’agriculture doit être plus résilient : l’agro-écologie apporte des réponses qui doivent être valorisées ; les écosystèmes productifs originaux, comme le plateau des orangers à Tahiti, doivent être protégés ; les déchets de poisson transformés en intrants bio ; Consommer local et valoriser les circuits courts ; des plantes au service de la santé.

  • Planter pour assurer la sécurité alimentaire

    L'agriculture mondiale est à un carrefour. Alors que l'impact du changement climatique sur la production alimentaire est déjà négatif, la demande agricole devrait augmenter de 70 à 100 % d'ici 2050. Le Fenua, qui est très dépendant des importations, doit s’intéresser beaucoup plus à sa sécurité alimentaire. Quelques exemples, en ce mois de juin, d’initiatives qui peuvent servir d'exemple.

  • La résilience en action: des exemples au fenua

    La situation de crise liée à l’épidémie Covid19 a suscité des réponses de résilience*. Un mouvement de fond dans cette direction serait souhaitable. Certaines initiatives lancées pendant et après le confinement en sont l’expression. Un rapport à la terre plus soutenu, notamment, en est l’une des manifestations. La valorisation des ressources locales et patrimoniales en est une autre.

  • Le Cesec favorable à l'extension de la mention « bio » à plus de produits

    Le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) s’est réuni le 30 avril pour examiner deux projets de "loi du Pays". L'un d'entre eux encadre l’utilisation du terme « biologique » qui pourra être étendu à de nombreux produits, comme le mono’i.

  • Alimentation en période de crise : des solutions émergent

    La crise liée au Covid-19 n’est pas que sanitaire. Elle a aussi des conséquences dans la vie quotidienne, notamment en ce qui concerne l’alimentation. Peur de manquer et situation anormale du marché mènent à des situations qui peuvent être appréhendées de façon différente. Les uns paniquent et se ruent dans les magasins. Les autres font émerger de nouvelles possibilités d’approvisionnement.

  • En bref: alimentation/santé (du 01 au 10/02/20)

    Petite revue de presse dédiée au suivi des événements liés aux secteurs de l'alimentation relatés par la presse locale dans la période du 1 au 10 février.

  • Gaspillage alimentaire et difficulté à trouver des produits frais locaux à prix abordable

    L’alimentation durable s’impose comme un défi collectif à relever et comme une voie d’avenir pour les filières alimentaires. Le gaspillage alimentaire peut, paradoxalement, aller de pair avec une difficulté à trouver des produits frais et locaux. Source de plaisir et réponse aux besoins vitaux des hommes, l’alimentation est au cœur des enjeux environnementaux, sanitaires et socio-économiques. 

  • L'agriculture polynésienne dans une démarche de transition écologique

    L'agriculture polynésienne semble se diriger vers des pratiques innovantes incitant les agriculteursà s’engager dans la transition agroécologique et le développement de l’agriculture biologique: soutien du programme PROTEGE du fonds européen de développement, exonération de droits et taxes à l’importation de certains produits utilisables dans le mode de production Bio. Des initiatives privées voient aussi le jour pour développer des produits de qualité.

  • Alimentation: soutenir des démarches écodurables,

    Une agriculture saine et durable, l'insertion dans la société par le travail de la terre, une production locale soutenue par les consommateurs, la lutte contre le gaspillage alimentaire... Autant de volets à soutenir pour un secteur alimentaire éco-durable. Quelques initiatives relevées en octobre.

  • Alimentation : une démarche favorisant du ma'a sain et local

    Il est agréable de pouvoir constater, de temps en temps, une évolution positive de la situation. C'est le cas, en ce mois de septembre, en ce qui concerne le domaine de l'alimentation. Des institutions (la DAG, la CAPL) et des entreprises privées s'engagent dans une démarche favorisant du ma'a sain et local.

  • En juillet, une vingtaine d'initiatives "éco-durables"

     

    Préservation de l'environnement; agriculture et alimentation plus respectueuses de la nature et de la santé humaine; réduction de la consommation d'énergie, si possible renouvelable; gestion et recyclage des déchets ; traitement de l'eau; activités économiques soucieuses de l'écologie; éducation... Le mois de juillet a été riche en initiatives "éco-durables".

  • L'agriculture polynésienne à la recherche de modèles durables

    L’agriculture est au cœur de tous les grands débats actuels relatifs à l’environnement, l’eau, la biodiversité, la lutte contre la faim …, autant de sujets qui conditionnent l’avenir de notre planète. Mais aussi de notre fenua. Il faut savoir répondre aux besoins ET préserver le potentiel de nos sols.

  • Une consommation plus éthique et plus écologique

    La Polynésie française est délibérément engagée dans le type de société de consommation mondiale qui caractérise notre époque. Au risque de défavoriser une production économique locale, de ne pas se soucier des plus démunis et de créer une pollution non gérable. Certaines initiatives plus éthiques et plus écologiques voient le jour. On peut les encourager.

  • V.A.I. et Ti’a Fenua : deux événements pour la promotion du développement durable

    Fin mars, deux « salons » ont été organisés à Papeete visant à promouvoir des gestes éco-durables dans la vie économique quotidienne : la deuxième édition du Village de l’Alimentation et de l’Innovation (V.A.I.) ; la première édition de Ti’a Fenua Eco durable Expo Market. Deux événements bien couverts par les médias locaux.

  • Petite revue de presse : Alimentation (février 2019)

    Les fruits et les légumes n’arrivent pas par miracle dans nos assiettes. Le temps, les insectes… et donc l’environnement y ont leur part. Regard sur quelques initiatives pour une plus grande autonomie alimentaire et zoom sur la promotion d’une agriculture de qualité.

  • (janvier 2019) Petite revue de presse : Alimentation, environnement

    On dit que la santé est dans l’assiette. Elle est aussi dans la terre qui a produit la nourriture. Du producteur au consommateur, en passant par le distributeur, petit point sur certains maillons positifs de la chaîne de l’alimentation. Et une alerte concernant le lait infantile !

  • Quatre exemples de producteurs agro-alimentaires du fenua éco-responsables

    Ils sont jeunes et veulent développer des filières de production agro-alimentaire éco-responsables. Quatre exemples dont a parlé la presse en décembre : Permaculture, agriculture bio, élevage de poules pour les œufs et élevage de crevettes en eau douce.

  • Des clés pour une agriculture et une alimentation « durables »

    Beaucoup d’habitants de Tahiti sont déconnectés de la réalité agricole. La nourriture n’arrive pourtant pas toute seule dans leurs assiettes. Production locale, circuits courts, suivi de la qualité… autant de considérations qui doivent interpeller les consommateurs s’ils veulent participer à l’élaboration d’une économie vraiment « durable ». 

  • Près de 800 scolaires sensibilisés aux sucres cachés

    777 élèves issus de 16 établissements scolaires de Tahiti (5 écoles, 5 collèges, 6 lycées) impliqués dans la pédagogie Eco Ecole (éducation au développement durable) se sont retrouvés le jeudi 25 octobre au matin pour une projection gratuite du film Sugarland. Ce documentaire primé  était projeté grâce à un partenariat entre Fédéscol (association Manu Iti Fa’a Ora, ex Colibris-Tahiti), le cinéma Majestic et le producteur. 

  • Manger sain et local : une tendance qui monte, à Tahiti

    On relève un intérêt grandissant des consommateurs pour une nourriture saine, le plus possiblement issue d’une production locale.  Celle-ci ne remplacera pas complètement les aliments importés  (plus de 80%) mais il est heureux de voir se réduire l’écart trop important existant entre les lieux de production et les espaces de consommation tout en proposant une nourriture saine.

  • Ferme aquacole de Hao : le dossier avance, mais la vigilance reste de mise…

    Des responsables de l'agence CDB de Shannxi et le président de Tahiti Nui Ocean Foods ont rencontré le vice-président de la Polynésie française, début septembre. Ils ont confirmé le financement du projet de ferme aquacole de Hao accordé par la banque de développement de Chine. Un projet à hauteur de 100 milliards Fcfp. Quid de l’environnement ?

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...