AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

Les espèces animales et végétales ainsi que les écosystèmes qui les accueillent et les nourrissent  sont fragiles. Si  un seul maillon de la chaîne d’un écosystème s’éteint, c’est tout cet écosystème qui peut être en péril. 

 

+ Afin d'apporter son soutien au projet "Fa'aora" de l'association Oceania, qui vise à réduire l'impact des déchets sur la biodiversité marine à Moorea, Marjorie Rinati a entrepris de réaliser un tour de l'île sœur à la nage. Les 5, 6 et 7 mars, cette jeune maître-nageuse sauveteuse relèvera ce défi sportif.

Le tour de Moorea à la nage pour lutter contre la pollution marine (Tahiti Infos)

Un tour de Moorea à la nage contre la pollution marine (Radio 1)

 

+ Le premier refuge de l'Aorai saccagé. Selon un habitué des lieux, rendu sur place dimanche dernier, les auteurs de la dégradation du refuge ont également tenté d’y mettre le feu, à l’intérieur, comme à l’extérieur. (…) Pour rappel, c’est non sans mal, avec le soutien de bénévoles et d’une quarantaine de militaires du Régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie, que l’association « Te rauatiati a tau a hiti noa tu » (Union polynésienne pour la sauvegarde de la nature) est parvenue à restaurer les deux refuges et le sentier de l’Aorai. (…) Bien que présentant un fort potentiel touristique, ces rares structures d’accueil ne sont soumises à aucun cadre règlementaire. (…) en septembre 2020, le service du tourisme déclarait vouloir lancer une étude juridique, « qui devrait prendre en compte les sentiers domaniaux, les sentiers privés, et les responsabilités de ceux qui pratiquent la randonnée ». L’objectif du Pays : la mise en place d’une règlementation spécifique en matière de randonnées, au fenua.

Le premier refuge de l'Aorai saccagé (La Dépêche)

 

+ Les déchets comme indicateurs. Le syndicat spécialiste du tri, Fenua ma, fait le point sur la collecte des déchets, dans douze des communes de Tahiti (hors Faa’a) et Moorea. La population est-elle plus sensible au tri ? La baisse constatée dans les tonnages de déchets non-recyclables, en 2020, semble  le supposer. Mais d’autres facteurs interviennent, selon le directeur de Fenua Ma. Et notamment celui du contexte socio-économique, modelé par la pandémie de Covid-19. « Cette diminution globale peut traduire un changement des comportements, notamment au moment de l’achat. Les gens font peut-être plus attention à leurs dépenses. Peut-être qu’ils sont plus nombreux à composter aussi. » Une bonne chose pour l’environnement, puisque de cause à effet, « derrière cela, on s’aperçoit qu’il y a moins de gaspillage alimentaire. »

Économie : La consommation se voit dans les déchets (La Dépêche)

 

+ Les conditions météorologiques actuelles ont aussi des conséquences sur la santé des récifs coralliens, menacés de blanchissement. Pour mieux cerner l'ampleur de ce phénomène, une association de Nouvelle-Calédonie, "Pala Dalik" (Plus de renseignements sur sa page Facebook), lance une campagne de signalement. Objectif : collecter plus de données.

Guetter le blanchissement des coraux pour mieux les protéger (Polynésie 1ere)

 

+ Depuis le début de la semaine, un message peu ordinaire circule sur les réseaux sociaux, mettant littéralement à prix la tête des « éperviers ». Son auteure, Sabrina Birk, résidant depuis l’enfance aux abords de la baie de Phaëton, à Taravao, s’inquiète de cette menace qui plane sur les oiseaux endémiques, de moins en moins nombreux dans le secteur. (…) Bien que le sujet soit sensible, le directeur de la Société d'ornithologie de Polynésie Manu, Thomas Ghestemme, a accepté d'apporter quelques précisions sur cet « épervier », qui s'avère en fait être le Busard de Gould.

Sabrina Birk lance un cri d'alerte pour protéger les oiseaux endémiques (La Dépêche)

 Les rapaces s’attaquent indifféremment aux œufs, aux petits et aux adultes. Ils constituent une véritable menace pour la biodiversité au point que la société d’ornithologie de Polynésie tire la sonnette d’alarme et tente de sensibiliser la population.

Le busard, prédateur des oiseaux endémiques de Polynésie (Polynésie 1ere)

 

+ Ce n’est pas la première fois que des orques (matatohora.com) sont observées dans les eaux du fenua. De la famille des dauphins, les orques sont bien présentes en Polynésie. Ce sont des prédatrices et non des tueuses, précise l’association de protection des mammifères marins, Mata Tohora qui partage des clichés d'orques observées aux Raromatai.

Des orques observées aux Raromatai (TNTV)

Des orques aperçues aux Îles Sous-le-Vent (Tahiti Infos)

Des orques aperçues aux Raromatai (Radio 1)

 

+ Depuis septembre 2019, la société Ocean Products, dirigée par Georges Moarii, mène, avec le soutien notamment de l'organisation non gouvernementale (ONG) The Nature Conservancy, une étude à Rangiroa pour évaluer les ressources en 'o'eo (bec de cane) de l'île, avec l'idée d'installer par la suite un atelier de mareyage. Cependant, une partie de la population de l'île s'inquiète d'un futur pillage du lagon. 

A Rangiroa, "le stock de becs de cane n'est pas en danger mais il pourrait rapidement basculer" (Tahiti Infos)

 

+ Preuve que les plages de Moorea trouvent à nouveaux grâce aux yeux des tortues vertes, celles-ci reviennent y pondre. Avec quatre événements confirmés en quinze jours, l'année s'annonce plutôt bonne selon l'association Te Mana o te moana. L'occasion de rappeler l'importance de signaler la trace de ces animaux aux spécialistes de la Direction de l'environnement (DIREN), afin de les inciter à revenir.

Le retour des pontes de tortues à Moorea (Tahiti Infos)

 

+ Alors que l'État cherche à faire reconnaître à l'ONU le concept polynésien d'aire marine gérée (AMG) au même titre que celui d'aire marine protégée (AMP), les grandes ONG de défense de l'océan mettent en garde contre un modèle "qui ne correspond à aucun standard de protection". (…) les grandes ONG de défense de l'océan (Bloom, France Nature Environnement, Greenpeace, MedReact, Oceana, Pew Bertarelli Ocean Legacy) dénoncent non seulement un "rendez-vous manqué pour la protection des océans", mais craignent aussi une combine de l'État dans sa démarche de soutien de l'outil polynésien.

"Aire marine gérée polynésienne" : six ONG craignent une combine (Tahiti Infos)

 

+ Un point de situation sur le dossier d’inscription en Réserve de Biosphère des Australes a été présenté et discuté en Conseil des ministres. Par délibération municipale en date du 18 mars 2019, la commune de Rurutu a émis le vœu d’intégrer le réseau international des réserves de biosphère, programme MAB (Man and Biosphere) de l’UNESCO. Par courrier en date du 15 janvier 2021, le maire a réitéré sa volonté de prendre part activement au développement et à la concrétisation de ce vaste projet. Un premier contact avec le conseil municipal et la population sur l’île de Rurutu en juin 2019 a permis d’exposer les principes de fonctionnement d’une réserve. (...) Un total de 23 sites identifiés a été prospecté en ce sens sur les îles de Raivavae, Rapa, Rimatara, Rurutu et Tubuai. Les sites visités confirmés comme importants pour la conservation de la biodiversité, c’est-à-dire présentant des formations ou espèces originales, rares et/ou menacées, ont été cartographiés.

Point de situation sur le projet de réserve de biosphère dans l'archipel des Australes (CM des ministres du 27/01/21)

 

+ Le collectif A Paruru E A Here Ia Bora Bora a été reçu par Julien Bressolles, le directeur général du restaurant / bar Bloody Mary's, afin d'avoir des éclaircissements sur le projet d'agrandissement de l'établissement. (…) L'un des principaux points abordés a porté sur la construction d'une route de contournement qui ralliera le Bloody Mary's à l'hôtel Bora Bora, fermé depuis des années. (…) L'autre principal point abordé a bien évidemment concerné l'impact environnemental de nouveaux bungalows sur le lagon. (…) À l'issue de cette rencontre, le collectif s'est dit rassuré mais déclare rester sur ses gardes et veillera aux engagements du directeur.

Le Bloody Mary's veut s'agrandir (Tahiti Infos)

 

+ Après avoir décidé de lutter contre la maltraitance faite aux femmes, l’association Miss Moorea s’engage également dans la protection de l’environnement de l’île sœur grâce à un partenariat avec le collectif Les Bourdons de Moorea.

Une Miss engagée pour l'environnement (Tahiti Infos)

 

+ Le 5 mars, c’est le grand départ de Marjorie Rinati pour son tour de Moorea à la nage. Du quai de Vaiare à la plage de Temae, lumière sur un exploit sportif mis au profit de la lutte contre les déchets sur la biodiversité. Trois jours pour rallier Vaiare à la plage de Temae. Soit une distance de plus de 60km. C’est le défi exceptionnel que s’est lancée cette maitre-nageuse sauveteuse d’origine marseillaise. Le choix de ce parcours est symbolique. La nageuse effectuera cette performance dans le but d’apporter son soutien à l’association Oceania basée à Moorea. Un soutien qui s’inscrit dans le cadre du projet Fa’aora qui s’attaque aux déchets et engins de pêche abandonnés ou perdus en mer. Un objectif clair : réduire le risque d’empêtrement des mammifères marins.

Un tour de Moorea à la nage contre la pollution marine (Radio 1)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...