AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

La gestion de littoral révèle des conflits d’intérêt qui peuvent opposer protection de l’environnement et développement économique. Dans certains cas, comme à Moorea et à Tahaa, le sujet mobilise des réactions citoyennes contraires. La mise en place de PGEM, de Zone de développement prioritaire (ZDP), de rahui et de zones de pêche règlementée ne font pas toujours bon ménage.    

 

À MOOREA

# Le collectif Faahotu ia Eimeho nui a organisé un rassemblement samedi 6 novembre sur la plage de Tema'e. Il soutient la création d'emplois via les projets hôteliers. Les projets immobiliers et hôteliers opposent les défenseurs de l'environnement aux partisans de l'emploi local. Après les nombreuses manifestations des protecteurs de la nature, c'est au tour des résidents qui soutiennent l'emploi de se rassembler pour faire entendre leurs voix. Parmi elles, le collectif Faahotu ia Eimeho nui, qui vient de naître à Moorea. 

Moorea : emploi contre préservation de l'environnement ? (Polynésie 1ere)

La plage de Temae, habituée à la quiétude des nageurs et des enfants, sera une fois encore le théâtre de divergences de positions quant au développement de l'île. Alors que le « tahei ‘auti », événement organisé par différents collectifs et soutenu par l’Église protestante ma’ohi, doit se concrétiser le 13 novembre par la présence d’une longue tresse de auti pour symboliser l’union du peuple de Moorea qui dit « non aux projets immobiliers » prévus à Moorea, un nouveau collectif, le Faa hotu ia Eimeho nui, présidé par Patrick Poroi, a déposé une demande de manifestation pacifique à la mairie de Moorea « pour la défense de la création d’emplois et du développement économique de l’île de Moorea ».

Contre-manifestation à Moorea (La Dépêche)

 

# Reporté pour cause de mauvais temps, l’événement culturel Tahei ‘auti ia Moorea, motivé par une farouche opposition aux investissements immobiliers sur l’île, est confirmé pour samedi (13 novembre). Comme prévu, il s’agira avant-tout d’une cérémonie symbolique sur « l’union d’un peuple » caractérisée par une tresse de ‘auti de 2 mètres, que chaque participant amènera avec lui. Tresse qui sera reliée aux autres, le tout accompagné du chant du fe’e (pieuvre) « Te hei hono rau » et au son de trois pu, celui du ciel, le la terre et de la mer. Cette cérémonie organisée par le Cascem (collectif des associations sportive, culturelle et environnementale) orchestrée par Rahiti Buchin sera menée par trois ténors de la culture locale, Heipua Bordes, Maurice Rurua, et Hinano Murphy.

Tahei ‘auti : Le cérémonial aura lieu samedi (La Dépêche)

Le collectif des associations sportives, collectives, culturelles et environnementales de Moorea organisera sa grande cérémonie culturelle, Tāhei 'autī ia Moorea, samedi sur la plage publique de Temae. Au programme : des incantations à la terre ainsi que le dépôt d'une grande couronne de 'autī vert le long de la plage publique. L’objectif est de réunir la population pour protéger l’île contre les projets immobiliers.

Une couronne pour protéger le joyau Moorea (Tahiti Infos)

Lors d’une réunion organisée à Teavaro mercredi soir (3 novembre), les pêcheurs de Moorea ont exprimé à leur tour leurs inquiétudes face aux projets immobiliers sur l’île, en raison notamment des risques de pollution du lagon. Les représentants des différents comités de pêche présents appellent tous les pêcheurs de l’île à venir manifester pour la cérémonie du Tāhei 'autī ia Moorea le 13 novembre à Temae.

Les pêcheurs de Moorea contre les projets immobiliers (Tahiti Infos)

Pour rappel : Des associations sur le front de la contestation (AvA-Infos)

 

# Les pêcheurs lagonaires et hauturiers de Moorea étaient conviés jeudi (5 novembre) à une réunion d'information à la mairie de Teavaro sur le PGEM. Selon la réglementation du PGEM révisé, le secteur de la pêche lagonaire a fortement évolué par rapport à la précédente réglementation. Dans le but de maintenir des activités de subsistance, économiques et familiales, les activités de pêche doivent y être gérées en concertation avec les comités locaux de pêche, ce qui implique la mise en place de zones de pêche règlementées (ZPR), la garantie du renouvellement et l’exploitation durable et équitable des ressources marines, et de prendre les mesures nécessaires à la réhabilitation des sites dégradés.

Moorea : Les pêcheurs lagonaires et hauturiers invités à « entrer dans la danse » (La Dépêche)

Un recours a été déposé au tribunal administratif pour faire annuler les récentes modifications du PGEM révisé par le Pays. La fédération environnementale Aimeho To'u Ora, à l'initiative de ce recours, estime que le gouvernement n’a pas respecté la procédure légale de l’enquête publique dans le cadre de la révision du PGEM et aurait dû adopter le rapport final de la Commission locale de l'espace maritime. Le gouvernement (s’était) permis, à la stupeur générale, d’effectuer quelques modifications, avec notamment la création de nouvelles zones de développement prioritaire. Une décision qui ne passe pas auprès d’une partie de la population, en particulier des associations environnementales.

La modification du PGEM de Moorea attaquée (Tahiti Infos)

 

# La création d'une Zone de développement prioritaire (ZDP) dans la commune de Moorea-Maiao est en cours de construction. Ce projet vise à redynamiser le secteur en menant une réflexion sur le développement économique de l'île qui passe par le logement, par la valorisation des espaces publics littoraux et par l'amélioration des flux de passagers en provenance de Tahiti. Le ministre du Logement et de l'Aménagement, Jean-Christophe Bouissou, a présenté ce jeudi (4 novembre) à l'occasion d'une conférence de presse le projet de Zone de développement prioritaire (ZDP) de Moorea-Maiao. Un projet qui porte sur différents sites de la commune et qui concerne plusieurs secteurs. Cette ZDP encadre les dispositions en matière d'incitation fiscale pour la réalisation de grands projets. Le fait qu'elle touche différents sites de l'île permettra, selon le ministre, “de relancer l'économie de manière durable et d'inciter à la réalisation de projets”. L'intérêt d'une telle zone serait de décliner une réflexion sur l'aménagement, la construction et l'exploitation d'ensembles immobiliers, d'équipements, d'espaces paysagers, de logements et de loisirs.

Une zone de développement prioritaire en réflexion (Tahiti Infos)

Le ministre du Logement et de l’Aménagement, Jean-Christophe Bouissou, a présenté ce jeudi la « zone de développement prioritaire de Moorea-Maiao » qui devrait être créée par une loi du Pays début 2022. Logement accessible, mais aussi hébergement touristique, équipements publics, et mise en valeur et accessibilité des sites publics littoraux en constituent les grands axes. À la contestation, il oppose la nécessité du développement d’une activité diversifiée et donc de l’emploi. Il rappelle aussi que la commune de Moorea, et donc la population de l’île, est maîtresse du jeu, notamment parce que c’est elle qui décide du PGA, du PGEM et de leurs modifications. Alors que la contestation gronde à Moorea, Jean-Christophe Bouissou a fait le point sur le devenir de Moorea tel qu’envisagé par le gouvernement.

Moorea : le Pays présente son projet de « zone de développement prioritaire » (Radio 1)

 

À TAHAA

(À la mairie de Toahotu, sur la côte Est de l'île de Tahaa) une réunion publique d’information s’est tenue au sujet du projet privé de la résidence Areiti, (une résidence de 83 logements, répartis dans deux bâtiments de trois à quatre étages - lire l'édition du vendredi 1er octobre 2021). Près de deux semaines après la fin de l’enquête publique, le P-DG de Boyer construction et son représentant de Taravao, ainsi que deux architectes et deux gestionnaires immobiliers ont tenté de rassurer les administrés, en vain. (S’y sont exprimées) des inquiétudes relatives à la pollution lumineuse et sonore, mais aussi lagonaire, en lien avec cette poursuite de l’urbanisation du littoral, s’agissant de la dernière parcelle de la pointe conservée à l’état sauvage. (Un) chantier de 16 mois, dont le degré d’impact est notamment considéré comme « fort » pour le risque de pollution des sols et du milieu marin, de même que pour les nuisances sonores et paysagères.

Toahotu : Le projet de la résidence Areiti fait des vagues (La Dépêche)

 

 

À PAPARA

Un projet de nurserie à Papara sera soumis à la direction des ressources marines et minières pour obtenir un appui technique et scientifique. Le site est déjà identifié et permettra de mettre à l’abri les différentes espèces de poissons, surtout les juvéniles. L’objectif est d’accélérer le repeuplement du lagon face à la diminution de la ressource. Le comité de gestion du rahui de Papara a décidé, lors d’une réunion le 8 octobre, de prolonger le moratoire de deux ans sur les zones de pêche règlementée (ZPR) de Atimaono qui s’étendent de la passe Teavara’a jusqu’à la limite de Mataiea. Cette prolongation concerne aussi la ZPR Patere, de la pointe Erich au PK 35 jusqu’à la source Papemato au PK 31. Ces deux ZPR sont donc encore interdites à la pêche pour les deux ans à venir.

Un projet du comité de gestion du rahui : Une nurserie pour accélérer le repeuplement du lagon (La Dépêche)

 

 

À TUBUAI

Protéger le garde-manger de Tubuai pour les générations futures, c’est le souhait d’un comité de gestion des ressources de l’île. Une décision qui fait suite à l’augmentation importante de la commercialisation du poisson et des bénitiers de Tubuai vers la capitale. Le comité a pour projet de délimiter et protéger trois parties de l’île pour une durée de 5 ans. Cela fait 6 ans que le maire Fernand Tahiata se bat pour la mise en place d’une zone protégée règlementée (ZPR), sur Tubuai. Grâce à l’appui d’une partie des pêcheurs de l’île, ce projet est désormais possible. Pour faire suite au vote à main levé du comité de protection des ressources de l’île, 20 à 28% du lagon de Tubuai devrait être interdit à la pêche.

Tubuai : un Rahui à Mataura, Mahu et Taahueia (TNTV)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...