AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

Les travaux de rénovation du dispositif de surveillance géomécanique de l'atoll de Moruroa, sous l'appellation  Telsite, débutent en ce mois de juin, 30 ans après la mise en place d'un premier dispositif. Ce chantier va conduire plus d'une centaine de travailleurs, notamment polynésiens, à y intervenir jusqu'à 2018. Prix du chantier : 12 milliards Fcfp. Les propos, rassurants, du délégué à la sûreté nucléaire ne convainquent pas forcément tout le monde...  

Fragilisé par 137 essais nucléaires souterrains français,  entre 1975 et 1996, l'atoll de Mururoa pourrait être affecté par l'effondrement d'une partie de sa plate-forme corallienne, en particulier dans le nord-est de l'île. Telsite 1 a été installé entre 1980 et 1990 après qu'un bloc de plusieurs millions de m3 s'était détaché de l'atoll en 1979, à la suite d'un essai nucléaire, ce qui avait provoqué la formation d’une vague de deux mètres de haut sur Moruroa. L'arsenal de sismographes, de capteurs souterrains sismiques, de géophones et de câbles extensomètres de Telsite 1 géré par le CEA (Centre de l’Énergie Atomique)  surveille donc depuis une trentaine d'années les mouvements de terrain de l'île. Pour qu'il puisse continuer à être  fonctionnel 24 h/24, l'ensemble de ce réseau va être rénové pour être opérationnel à l'horizon 2018. Un risque de glissement de loupes, entraînant dans l'océan plusieurs centaines de millions de m3 de roches, est en effet une hypothèse que n'éludait pas le rapport de Surveillance de l’évolution géo-mécanique de Moruroa rédigé à l'initiative du ministère de la Défense et publié en mars 2012. Dans ce cas, l’atoll de Tureia, habité, serait alors exposé lui aussi  à un risque de tsunami en 10 à 13 minutes. Ce n'est pas pour rassurer la population de cette île qui se situait déjà  dans une zone à haut risque durant les essais atmosphériques et qui n'a pas été déplacée.

 

L'association Moruroa e tatou dubitative

 

L'actuel délégué à la sûreté nucléaire, M. Dupraz, est actuellement en déplacement en Polynésie française à l'occasion du lancement de ce chantier. "À l'entendre, commente Tahiti-Infos, les risques radiologique et géomécanique à Moruroa sont quasi nuls. La surveillance géomécanique, pour mesurer les déplacements du sol de l'atoll n'est maintenue, à grands renforts d'investissements, juste parce que "même si la probabilité d'un glissement de terrain est faible, on ne peut totalement l'écarter""... Bernard Dupraz, interrogé par Polynésie 1ère parle d'une onde de 50 cm qui provoquerait à Tureia "une vague maximale de 2,50 à 3 m". Une façon de rassurer mais des propos qui ne convainquent pas l'association des anciens travailleurs et des victimes de Moruroa et Fangataufa, Moruroa e tatou. Quid également du risque radiologique ? Divers sites de stockage de déchets radioactifs ont été aménagés dans les puits de tir de la couronne de Moruroa. Certains tirs souterrains n’ont pas été « contenus » dans les couches profondes basaltiques de l’atoll et des failles se sont produites dans les couches coralliennes supérieures. En cas d'effondrement, que deviendront les matières radioactives emprisonnées dans la structure coralienne de l’atoll ?

 

- Vidéo sur Polynésie 1ère : Une commission pour plus d'information sur les essais nucléaires

- Lire sur La Dépêche de Tahiti : Nucléaire - Telsite 2 prochainement lancé

 

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...