AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

 Lorsque la perte de biodiversité se produit, la santé des écosystèmes est affectée. Ils deviennent moins résilients lorsque certaines de leurs composantes sont perdues en raison de l'extinction ou de la disparition. Ils ne peuvent alors plus s'adapter aux changements environnementaux. D'où l'importance de certaines démarches scientifiques pour mieux en comprendre les différents aspects. D'où, aussi, l'importance de communiquer à ce sujet et de respecter les réglementations qui protègent les différents milieux naturels. L'actualité d'octobre.

 

◊ Parmi les menaces qui pèsent sur la biodiversité marine, l'acidification des océans n'est pas la moindre. C'est l'un des problèmes induits par l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone (CO2) d'origine anthropique dans l'atmosphère. Elle est une cause d'effets négatifs sur les récifs coralliens en empêchant leur calcification. Le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (Criobe) de Moorea a hébergé, le 25 octobre une table ronde sur cette thématique.  

"Alors que les récifs coralliens de la Polynésie française connaissent une nouvelle période de blanchissement et que les scientifiques indiquent que l’acidification de l’océan pourrait avoir des conséquences désastreuses sur les récifs coralliens, que faudrait il faire au niveau de la Polynésie française sachant que l’altération des récifs aura un impact sur les populations et les générations futures, si l’on n’agit pas rapidement et de manière décisive ?" L'occasion de parler des recherches en cours à Moorea, dans le cadre du projet Acid Reefs. 

Le CRIOBE alerte sur l'acidification de l'océan qui met nos coraux en danger (Tahiti Infos)

L'acidification des océans menace les récifs coralliens (Polynésie 1ere)

 

◊ Toujours à Moorea, l'expédition Under The Pole poursuit ses observations du corail profond en déployant depuis début octobre un dispositif expérimental sous-marin révolutionnaire : la Capsule. Permettant un séjour en habitacle sous-marin, ce dispositif inaugure une nouvelle ère pour l’exploration scientifique : l’observation en continu et sur un temps long (jusqu’à 3 jours et 3 nuits) des écosystèmes marins. Ces travaux ont notamment pour objectif d’étudier dans quelle mesure les larves émises par les coraux profonds vont pouvoir recoloniser les récifs moins profonds affectés par le réchauffement climatique.

Trois jours Under The Sea (Tahiti Infos)

Under the Pole : 3 plongeurs passent 72 heures sous l’eau (TNTV)

Expédition Under the pole III : Les plongeurs vivent trois jours sous la mer (La Dépêche)

 

◊ La startup BiOceanOr, lauréate de Tech4island, développe une bouée intelligente. Celle-ci agit comme une station météo sous-marine connectée. Elle est capable de mesurer en temps réel la pollution de l'eau, l'oxygène dissout, la température et une myriade d'autres données. Elle les transmet à distance à ses utilisateurs et est totalement autonome grâce à ses panneaux solaires.

Les bouées connectées BiOceanOr vont surveiller nos lagons (Tahiti Infos)

◊ Quels sont les risques encourus par les mangroves de variétés endémiques, face à la prolifération des palétuviers dans les îles de la Société ? La Fédération des associations de protection de l’environnement (FAPE) a cartographié l’implantation des mangroves de palétuviers de l’archipel de la Société (îles de Tahiti, Moorea, Huahine, Bora-Bora, Raiatea et Tahaa), dans le cadre du programme Surveillons les mangroves de Polynésie française ensemble ! Ce travail a été réalisé en avril dernier grâce à la participation d’une cinquantaine d’observateurs bénévoles. Une restitution publique a eu lieu le 12 octobre à Taravao.

Le palétuvier : une espèce à surveiller au fenua (Tahiti Infos)

La Fape invite à surveiller les mangroves de Polynésie (TNTV)

La mangrove, cette intruse à protéger (Polynésie 1ere)

La mangrove polynésienne sous surveillance (La Dépêche)


◊ En vue de la 19e édition du Salon du livre de Tahiti (qui se tiendra les 14, 15 et 16 novembre à la Maison e la culture), les membres de l’Institut des récifs coralliens du Pacifique (IRCP), de l’association des Éditeurs de Tahiti et des îles (AETI) et du Centre de lecture médiathèque (CLEM) ont présenté le programme d’animations proposées cette année, sur la sensibilisation des écosystèmes coralliens et leur gestion.

19e édition du Salon du livre : Lier sciences et littérature en faveur de nos récifs (La Dépêche)

Salon du livre : sensibiliser aux problématiques du corail (Tahiti Infos)

◊  Les zones d’interdiction de pêche et de prélèvement des ressources marines favorisent la préservation des ressources. Le rahui reprendrait-il sa place au sein de la société ? Tombée en désuétude au cours des décennies passées, cette pratique visant à interdire la pêche dans des zones délimitées devient aujourd'hui essentielle pour préserver les ressources marines et l'environnement. Elle est toujours pratiquée à Rapa où le conseil des sages de l’île veille à son strict respect. Sur la presqu’île de Tahiti, le rahui a été remis à l’ordre du jour en 2014 et c'est un véritable succès qui séduit aujourd'hui les élus de Taputapuatea aux Iles Sous Le Vent.

Taputapuatea séduite par la pratique de rahui (Polynésie 1ere-vidéo)

 

◊ L’association référence de protection des mammifères marins, Mata Tohora, fait état de l’activité d’observation de baleines, ou “whale watching”, au large des côtes de Tahiti et Moorea. Si l’association estime désormais que 90 % des observateurs connaissent les règles d’approche, elle s’est également aperçue que bon nombre d’entre eux ne les respectent pas.

Mata Tohora appelle au respect de la réglementation (La Dépêche)

 

◊ Nourrir des requins pour les attirer afin de garantir du spectacle et des sensations fortes aux touristes est prohibé par le code de l’environnement depuis deux ans en Polynésie française. Coup de greule du président de la fédération Te Ora Naho vis-à-vis du shark feeding . « Cette pratique est interdite ailleurs, ce n'est pas normal que l'on continue de l'accepter ici » explique t’il.

Le shark feeding en question (Polynésie 1ere)


◊ Début octobre, la cour d’appel a confirmé les peines prononcées en avril dernier contre un chargé de mission à la présidence, sa femme, la présidente de la fédération des horticulteurs, et un horticulteur dans une affaire d’importation illégale de plantes interdites ornementales. En avril 2017, les douaniers avaient découvert 3 500 plants pour la plupart interdits à l’importation : orchidées, oiseaux de paradis, palmiers, etc.

Peine confirmées en appel pour les importateurs de plantes interdites (Tahiti Infos)

Importation illégale de plantes : la cour d’appel confirme les peines de prison avec sursis pour Jean Claude Tang et sa femme (Radio 1)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...