AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

AvA-infos

15 novembre : Journée mondiale du recyclage

Les journées mondiales sont nombreuses à être célébrées tout au long de l'année. Certaines ont plus d’importance que d’autres, parce qu’elles mettent notre avenir en avant, celui de la planète, de ce que nous léguons à nos enfants. Cette journée semble en tout cas avoir été largement oubliée en Polynésie française. Que signifie celle-ci ?

Lire la suite...

Dengue, zika, chikungunya : les scientifiques veulent en finir avec ces fléaux

Le séminaire international sur les maladies infectieuses qui s'est tenu à Faa'a, du 12 au 14 novembre, a réuni une cinquantaine de participants (médecins, chercheurs, représentants d'organisations internationales comme l'OMS…) venus des territoires du Pacifique et d'Europe pour débattre, particulièrement, au sujet des virus transmis par les moustiques. Ces échanges avaient pour objectif de permettre de standardiser l'alerte, le diagnostic et la prévention des grandes épidémies. Une tâche difficile, quand l'on sait que la contamination de virus par les moustiques est en relation avec la globalisation des échanges. Cette rencontre est organisée par l'Institut Louis-Malardé, dans le cadre du programme européen PACE-Net Plus qui a pour objectif, notamment, de favoriser le dialogue entre partenaires européens et régionaux.

Lire la suite...

Biodiversité et changement climatique : la Polynésie française représentée à la Conférence internationale

Du 22 au 25 octobre, s’est tenue, en Guadeloupe, la Conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique. Cette rencontre de haut niveau était consacrée à la biodiversité et au changement climatique dans les Régions Ultra-Périphériques (RUP), les Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM) européens,  les Petits États Insulaires en Développement (PEID) et  leurs bassins géographiques respectifs.

Lire la suite...

La question de l'usage de l'énergie en Polynésie : que faire ?

Introduction et enjeux

La Polynésie Française est très largement dépendante des importations pour sa consommation en énergie. Or les prix, qui sont imposés par le marché international, augmentent régulièrement depuis plusieurs années (90 $US/baril sur lespremiers mois de 2013, soit 3 fois plus qu’il y a 10 ans).

En conséquence, malgré la crise, la facture du Pays augmente : +4,5 milliards de francs entre 2010 et 2011, ce qui annule la plupart des efforts réalisés sur les autres postes de dépense (biens d’équipement, biens de consommation, etc.).

Les ménages et les entreprises sont touchés de plein fouet et réagissent : leur consommation d’énergies est en légère baisse depuis 2009. Pourtant trop peu d’entre eux ont été préparés à ce changement : il s’agit donc bien d’une baisse subie et non pas souhaitée. Au final la baisse, peu ou mal organisée, n’est pas suffisante et la facture continue d’augmenter.

Rappelons que la Polynésie française s’est fixée pour objectif d’assurer 50% de sa production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (EnR) à l’horizon 2020. De nombreux projets EnR sont envisageables, certains sont rentables à long terme, mais la plupart nécessitent des investissements qui peuvent être assez importants.

Quelques chiffres-clésÉnergie

En Polynésie française, nous dépendons à près de 90% du pétrole, un produit acheté à l’étranger, pour assurer notre  consommation d’énergie actuelle.

En ce qui concerne l’énergie produite par les énergies renouvelables, environ 90% est assurée par la production électrique des barrages. Ce sont ensuite les chauffe-eaux solaires qui assurent le principal de production (sous forme d’eau chaude).

Les gaz à effet de serre produits par un Polynésien sont environ de 3 t éq.CO2 par an, soit plus d’une fois et demi ce qu’il faudrait pour ne pas dépasser les fatidiques +2°C de réchauffement planétaire.

Des pistes d’actions prioritaires

Mettre en place une politique de maîtrise de la demande en énergie (MDE) ambitieuse

Cette politique devra permettre aux ménages mais aussi aux entreprises de préparer et mettre en place la baisse de leurs consommations. Elle pourra inclure notamment :

  • un grand plan d’économies d’énergies pour toutes les structures publiques,
  • une politique d’accompagnement personnalisé des ménages,
  • une politique d’accompagnement personnalisé des entreprises (qui représentent plus de la moitié de la demande en électricité),
  • des plans de communication : on pensera notamment à l’instruction des enfants et adolescents.

Donner une visibilité à long terme sur les prix en jouant sur les taxes

  • préciser alors comment faire alors pour éviter les écueils passés, notamment le cas du très décrié Fonds de Régulation des Prix des Hydrocarbures (FRPH).

Agir sur les transports

  • promouvoir les transports en commun
  • promouvoir les transports non polluants (vélo en particulier)
  • inciter à l’achat de modèles de voitures moins énergivores, par la communication et/ou la fiscalité (vignette, bonus-malus etc.)
  • dans le cadre d’une politique globale associant production EnR massive et forte maîtrise de la demande en électricité, promouvoir l’importation de véhicules électriques performants

Agir sur les logements / le bâtiment

  • mettre en place et faire respecter une règlementation thermique sur les bâtiments neufs,
  • encourager la rénovation des bâtiments existants,
  • promouvoir les diagnostics énergétiques sur les bâtiments existants.

S’engager ou renoncer à l'un ou plusieurs des projets de production électriques suivants :

  • développement de l’énergie hydraulique, notamment à Tahiti et aux Marquises, avec en premier lieu l’aménagement de la vallée de la Vaiiha-Papeiha,
  • développement de la filière photovoltaïque,
  • développement des énergies éoliennes,
  • développement des énergies marines : centrales houlomotrices, hydroliennes, Sea Water Air Conditioning (SWAC), Énergie Thermique des Mers (ETM).

Et pourquoi pas ?

Aujourd’hui les vendeurs d’énergies importées n’ont aucun intérêt à la baisse des consommations. Mais c’est également le cas de nombreuses Communes dont le budget dépend largement des rentrées fiscales (taxes sur l’électricité notamment). Ne peut-on pas changer cette aberration qui fait que l’intérêt des représentants des citoyens soit directement contraire à l’intérêt général ?

 

Le plastique, pas si fantastique

PlastiquesL’impact du plastique sur l’environnement a fait l’objet de nombreux articles, campagnes, documentaires :

  • impact sur les ressources épuisables : la production des matières plastiques utilise du pétrole ainsi que des métaux : plomb, cadmium, mercure
  • impact sur le climat : la production des matières plastiques est très polluante (C02)
  • impact sur la biodiversité : les sacs en plastique, les bouchons et débris divers en plastique sont responsables de la mort d’animaux (dauphins, tortues, oiseaux marins). D’après le Programme Environnemental des Nations Unies, les débris de plastique causent la mort de plus d’un million d’oiseaux marins chaque année, ainsi que celle de plus de 100 000 mammifères marins.
  • impact sur les éco systèmes : dans la nature, les matières plastiques se dégradent peu et mal (100 ans pour une bouteille en plastique) ; polluant ainsi les milieux naturels. 

Lire la suite...

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...