AvA, une bouffée d'oxygène

AvA

 AvA-infos, ouvrons nos regards à la planète

AvA, la passe en reo tahiti.
Ouverture du lagon sur l'océan, et renouvellement des eaux lagonaires par les eaux du large... AvA, une bouffée d'oxygène...     En savoir plus >>

Actu en bref AVA

  • Confirmation d'un d'un site de ponte de tortues imbriquées en Polynésie française

    Cette espèce de tortues marines est fortement menacée. Le réchauffement climatique y contribue grandement actuellement car il provoque certains changements dans leur alimentation avec la disparition des récifs coralliens ou leurs migrations suivant l’évolution des courants marins. Non observée jusqu'à présent dans nos eaux, la présence d'un site de ponte de tortues imbriquées en Polynésie française est confirmée

  • Environnement : le Code de l’aménagement sous la loupe du Cesec

    Les représentants de la société civile ont voté pour valider l’avis de la commission qui a étudié le projet de loi du pays modifiant le Code de l‘aménagement. Cet avis estime néanmoins que la préservation de l’environnement n’est pas suffisamment prise en compte et apporte 12 recommandations.

  • Protection de la biodiversité: 2 nouveaux appels à projet de l'OFB

    L’Office français de la biodiversité (OFB), en partenariat avec le ministère de l’Environnement, lance deux nouveaux appels à projets, chacun doté de plus de 50 millions de Fcfp. Le premier s’adresse aux communes pour créer des « atlas de la biodiversité communale », le second s’adresse en priorité aux associations de protection de l’environnement.

  • Réparer pour éviter le gaspillage et réduire les déchets

    La presse locale en a parlé ! Les revues de presse proposées par AvA-Infos permettent de comparer et compléter les informations publiées sur un sujet.En voici un exemple récent.Donner une seconde vie aux objets, éviter le gaspillage et réduire les déchets, c'est possible grâce à l'éco-lieu de Faa'a : un atelier qui montre l'exemple. Plus qu'un simple atelier, c'est aussi un moment convivial, de partage autour, par exemple, d'un repas végétarien préparé uniquement à base de produits locaux. 

  • Conseil des ministres : subventions à des associations

    Des subventions ont été octroyées à des associations engagées dans le développement durable, lors du Conseil des ministres du 25 novembre et du 2 décembre: Solidarité Productive, Espace Info Énergie, PGEM Moorea, Puna Reo Piha’e’ina, Rima Ura. Le foyer socio-éducatif du collège de Taravao a aussi été soutenu.

  • Pollution électromagnétique: des habitants de Rangiroa inquiets

    La pollution n'est pas toujours visible. Les ondes électromagnétiques émises par les installations de télécommunication doivent être soumises à des normes rigoureuses. À rangiroa des habitants de Tiputa, inquiets pour leur santé, s'opposent à l'installation d'une antenne-relais.

  • Des travaux inquiétants dans l'aire marine éducative de Anaa

    Tuamotu- L'aire marine éducative de Anaa, « est en proie à des travaux non autorisés dans le domaine maritime territorial ». La zone où se déroulent actuellement ces travaux est un espace maritime ancestral où la pêche est régulière pour toute la population. (…)

     

  • Le concept polynésien d’Aire marine éducative (AME) en plein essor

    En octobre, le Pays a déposé à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) la «marque » Aire marine éducative (AME), concept aujourd’hui adopté dans toute la France. Nées en 2012 aux Marquises, les aires marines éducatives (AME) permettent à des élèves et leur enseignant de gérer de manière participative une zone maritime littorale de petite taille.

  • En bref : État/Pays, stratégie bas carbone et transition écologique…

    Aires marines gérées, classement des Marquises à l’UNESCO, préservation des ressources, biosphère des Australes, terres polluées de Hao… Mais aussi réduction des émissions de gaz à effet de serre sont à l’étude entre le Pays et l’État.

  • Environnement et mieux vivre au menu du Conseil des ministres :

    Dans son dernier Conseil des ministres, le 23 septembre, le gouvernement a notamment abordé trois sujets liés explicitement à la préservation de l'environnement et au mieux vivre ensemble : réglementation de la pêche des holoturies aux Tuamotu, qualité environnementale pour la construction du futur lycée de Moorea, lancement d'ateliers pilotes d’éducation à la non violence et à la paix. 

  • Développement durable : 3 dossiers au conseil des ministres du 2 septembre

    Le Conseil des ministres a adopté un arrêté modifiant la tarification d’occupation du domaine privé de la Polynésie française pour certaines activités liées au développement durable. Il a pris connaissance de la décision de la Direction de l'environnement (DIREN) de tester l’utilisation d’un petit éco-digesteur au sein de ses locaux. Un point a été fait sur le développement du concept d’Aire Marine Éducative (AME) mis en place au sein des quelque 25 écoles et établissements scolaires labellisés.

  • Arurutua : lancement de l’opération de dépollution et de démantèlement du thonier chinois

    Le propriétaire du thonier chinois échoué à Arutua a présenté au gouvernement polynésien son plan d'action, soit tout de même plus d’un mois après l’échouement du navire survenu le 21 mars. Les opérations de dépollution et de démantèlement de ce navire ont été lancées.

  • Le Cesec favorable à l'extension de la mention « bio » à plus de produits

    Le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) s’est réuni le 30 avril pour examiner deux projets de "loi du Pays". L'un d'entre eux encadre l’utilisation du terme « biologique » qui pourra être étendu à de nombreux produits, comme le mono’i.

  • Arutua : l'armateur du navire échoué sommé de le dépolluer et de l’enlever, sous astreinte de 500 000 Fcfp par jour de retard

    Le 30 avril, le tribunal administratif a condamné en référé l'armateur du navire Sheng Gang Shun 1, échoué à Arutua (Tuamotu) a dépolluer et enlever le navire, sous astreinte de 500 000 Fcfp par jour de retard.

  • Le suivi du nucléaire menacé: les associations indignées

    Depuis des décennies, les victimes des essais nucléaires se battent pour connaître la vérité sur leurs conséquences sanitaires et environnementales. Par souci d'économies, le gouvernement (France) a décidé de supprimer de nombreuses commissions et autres organismes jugés inutiles grâce à son projet de loi de simplification de l'action publique. Parmi elles, la commission de suivi des conséquences des essais nucléaires. En Polynésie, les associations sont indignées.

  • Route du Sud: il y a des alternatives possibles

    Avec près de 650 expropriations potentielles, 500 hectares bitumés et des conséquences environnementales non négligeables, sans compter un investissement considérable, le projet de Route du Sud mobilise de la contestation, notamment à Paea… À l'approche des municipales, l’association Mata Atea invite à soutenir “toute liste électorale qui intégrera officiellement et sincèrement le rejet du projet” de Route du Sud.

  • biodiversité : baleines et monarques de Tahiti

     Un sanctuaire des baleines et des mammifères marins a été créé dans les eaux territoriales de la Polynésie française en 2002. Ces animaux n'y sont donc pas chassés. Mais les risques de collision avec des baleines sont possibles. Les espèces insulaires ayant une aire de répartition réduite et des populations de faible effectif, sont plus vulnérables au risque d’extinction que les espèces continentales.C'est le cas d'une espèce d'oiseau endémique, le Monarque de Tahiti, en voie d'extinction. Deux cas de tentatives de protection.

  • En bref: alimentation/santé (du 01 au 10/02/20)

    Petite revue de presse dédiée au suivi des événements liés aux secteurs de l'alimentation relatés par la presse locale dans la période du 1 au 10 février.

  • En bref : 3R, Comment réduire, réutiliser et recycler

    "3R", ces simples petits mots (pour "Réduire, Réutiliser, Recycler") représentent en réalité une nouvelle façon de concevoir la production de produits. Ils sont les fondements de la gérance environnementale. Quelques exemples à découvrir...

  • Sept projets polynésiens parmi les lauréats de l’appel à projets « Initiatives pour la reconquête de la biodiversité en outre-mer »

    Lancé en 2018 par l’Agence française pour la biodiversité, l’appel à projets « Initiatives pour la reconquête de la biodiversité en outre-mer » a pour objectif de favoriser l'émergence d'initiatives dans le domaine de la biodiversité qui répondent aux priorités d’action de chaque territoire. Parmi les 99 lauréats de cet appel à projets, sept projets polynésiens se sont distingués.

  • L'océan célébré lors de la semaine du patrimoine à Punaauia

    La semaine du patrimoine, qui s'est tenue du 20 au 27 septembre au Fare Oire, a été l'occasion de célébrer la culture polynésienne et les richesses de la ville de Punaauia ! Avec, comme thème "Te Moana", cette deuxième édition offrait aux visiteurs la possibilité de s’immerger dans l'héritage marin de la commune et de se sensibiliser à sa protection et à sa sauvegarde.

  • Appel à projets : « Investir dans la performance énergétique »

    La Polynésie française, à travers son “Plan climat énergie” et son “Plan de transition énergétique”, s’est fixée des objectifs de maîtrise de la demande en énergie et de développement des énergies renouvelables dans un contexte global de lutte contre le changement climatique.

  • "Biodiv-Bora" : Un projet pilote « unique au monde »

    La commune de Bora Bora, qui détient le label du Pavillon Bleu depuis 19 ans, souhaite mettre en place des dispositifs performants pour encore mieux protéger son environnement, notamment en réponse aux rejets de son système d’assainissement collectif et des lixiviats du Centre d’Enfouissement Technique (CET). Elle a un projet, "Biodiv-Bora", dont l’objectif est de faire un bilan exhaustif de l’état de santé du lagon et de mettre en place des moyens de monitoring (plateforme environnementale) nécessaires au suivi sur le long terme et en continu du récif corallien.

  • "Mana Honu", la nouvelle mascotte de Te Mana o te Moana

    À l’occasion de la Journée mondiale de l’océan, l’association Te Mano O Te Moana a présenté la mascotte de son nouveau projet de sensibilisation à la pollution plastique. Avec son slogan « Aita te pehu ! » (« non aux déchets ! » en tahitien), Mana Honu, ou « La tortue sage », est le symbole de l’une de ses activités de protection de la nature.

  • Les humains ingèreraient et respireraient 5 grammes de plastique par semaine

    On le sait désormais, l’intégrité des océans est menacée par la pollution au plastique… Mais cette pollution affecte aussi notre santé de manière insidieuse… Selon un rapport commandé par le World Wildlife Fund (WWF), Fonds mondial pour la nature, à l'université de Newcastle (Australie) les humains ingèreraient et respireraient une nuée de particules de plastique dont le poids a été estimé à quelque 250 grammes annuellement. Soit 5 grammes par semaine, le poids d’une carte de crédit ( !).

  • Réchauffement du climat: la région du Pacifique sud est concernée

    La conclusion du 5e Rapport de synthèse du GIEC est sans ambiguïté et particulièrement sévère : « L'influence de l'homme sur le système climatique est claire et en augmentation, avec des incidences observées sur tous les continents. Si on ne les maîtrise pas, les changements climatiques vont accroître le risque de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour l'être humain et les écosystèmes. » La région du Pacifique sud est concernée, ainsi que le prouve la tournée, à la mi-mai, du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. 

  • Concert écolo avec Jack Johnson

    Le musicien hawaiien, chanteur et surfeur, Jack Johnson s’est produit vendredi dernier, place To’ata. Il a accueilli quelques associations du fenua impliquées dans la protection de l’environnement et la promotion du développement durable. Des membres de Manu Iti Faa Ora (Colibris Tahiti), Tia’i Fenua (Nana sac plastique), Te Mana o te Moana et Coral Gardeners ont pu tenir un stand à l’entrée de To’ata pour faire connaître leurs activités.

  • Petite revue de presse : en bref et en vrac

    Dans ses revues de presse, quand cela est possible, AvA-Infos propose un « fil rouge » de compréhension. Notamment en rassemblant dans le cadre d’une thématique commune les articles repérés chaque mois. Cela afin de permettre une lecture unifiée et ciblée de la presse locale en ligne. Il est ainsi possible de mieux repérer les problématiques diverses (biodiversité, pollutions, santé, énergie, alimentation…) auxquelles on peut rattacher l’actualité quotidienne. Celle-ci disparaît en effet très vite des écrans. Parfois, néanmoins, certains articles ne peuvent être ainsi rassemblés. Ils méritent néanmoins d’être cités et font l’objet d’une revue de presse « en vrac » qui permet de les garder en mémoire+. On pourra les mettre en relation avec une actualité déjà citée et/ou y faire référence ultérieurement quand telle ou telle thématique reviendra sur le devant de l’actualité.

  • Aménagement de rivières et concassage : les riverains sur la défensive

    Réunion houleuse, le 7 février, à la mairie de Papara à propos de l’aménagement et la sécurisation des berges de la Taharu’u. Les extractions dans cette rivière de Punaauia font l’objet depuis longtemps d’une opposition de la population. À Papeari, c’est l’installation d’une concasseuse qui fait débat.

  • Un autre regard sur notre environnement quotidien

    L’embellissement du cadre de vie urbain et péri-urbain est aussi une façon de contribuer à l’amélioration du cadre de vie. Le concours “J’embellis ma commune” a démarré le 15 février. Sur le port de Papeete, 16 bennes à déchets du port de Papeete ont été confiées à cinq artistes.

  • Le climat, toujours au coeur des préoccupations des îliens du Pacifique

    Si, pour les pays occidentaux, les effets du changement climatique sont encore relativement supportables, il n’en va pas de même pour les États et territoires des îles du Pacifique. Ces dernières années, ceux-ci ont dû affronter un nombre croissant de bouleversements, tant ponctuels que de plus longue durée. La disparition de certaines îles pourrait en être l'une des conséquences...

  • 25 projets de rahui et de protection des lagons

    Les fondations Pew Charitable Trust et Bertarelli ont mis une brochure en ligne présentant les 25 initiatives écolo qui œuvrent pour la protection de nos côtes et nos lagons, dans les différents archipels de Polynésie française.

  • En bref : Restauration des services écosystémiques et adaptation au changement climatique

    Le projet Restauration des services écosystémiques et adaptation au changement climatique (Resccue) intéresse quatre pays dans le Pacifique : la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu, Fidji et la Polynésie française. Sur le territoire polynésien, ce projet, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée conjointement par le ministère de l’Environnement local et la Communauté du Pacifique (CPS), concerne deux sites pilotes bénéficiaires de ces financements.

  • Production d’énergie photovoltaïque: prorogation de l’aide aux particuliers

    La ministre de la Modernisation de l’administration, en charge de l’énergie et du numérique, a présenté en Conseil des ministres une proposition de prorogation du dispositif d’aide financière à destination des particuliers pour l’installation d’une unité de production photovoltaïque. Instauré en septembre 2017, ce mécanisme couvre la totalité du territoire. Il s’adresse aussi bien aux maisons raccordées à un réseau de distribution publique qu’aux usagers isolés de toute distribution publique d’électricité.

  • Ferme aquacole de Hao : le dossier avance, mais la vigilance reste de mise…

    Des responsables de l'agence CDB de Shannxi et le président de Tahiti Nui Ocean Foods ont rencontré le vice-président de la Polynésie française, début septembre. Ils ont confirmé le financement du projet de ferme aquacole de Hao accordé par la banque de développement de Chine. Un projet à hauteur de 100 milliards Fcfp. Quid de l’environnement ?

  • Mata Tohora vous présente les nouvelles des cétacés du mois d'août

     

    Basée à Tahiti, Mata Tohora est une association polynésienne à buts scientifique et pédagogique. L’esprit de Mata Tohora est de fédérer les passionnés de mammifères marins, amateurs ou professionnels. Cette association publie régulièrement une newsletter qu’AvA-Infos relaie ici pour le mois d'août.

  • En bref: parution du n°4 du magazine Tama’a, un numéro 100% bio

    Le n° 4 de Tama’a, « le magazine des amoureux de la Polynésie et de sa gastronomie » est paru récemment dans les kiosques de Tahiti. Dans ce numéro 100% bio, « 100% local, 100% gourmand », 156 pages pour tout apprendre du bio local, des labels, des producteurs, des vins, des bonnes adresses…

  • Concours : Photographiez les Outre-mer

    Le ministère des Outre-mer organise avec Wikimédia France et l’Agence française de développement, un concours photographique consacré aux espaces naturels protégés des territoires français d’outre-mer. Pendant tout le mois d'août, les participants peuvent tenter de remporter le Prix Wikimédia France en photographiant l’un des espaces naturels protégés présents dans les territoires français d’Outre-mer. 

  • Monsanto condamné à payer 2,8 milliards Fcfp à une victime de son pesticide Roundup

    C’était ce qu’on appelle “le procès du glyphosate”. Un tribunal de San Francisco a condamné, vendredi 10 août 2018, la firme agrochimique internationale Monsanto à payer 289 millions de dollars (env. 2,8 millards Fcfp) de dommages pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup à l’origine du cancer d’un jardinier américain, Dewayne Johnson. Cette victoire judiciaire contre le géant des produits phytosanitaires soulève un grand espoir chez les victimes des pesticides de synthèse.

  • Une aire marine éducative inaugurée à Anaa (Tuamotu)

    Une aire marine éducative (AME) a été inaugurée le 10 août sur l’île de Anaa, dans l’archipel des Tuamotu. Baptisée « Te Kura Moana O Tagihia » l’espace est également labellisé. Il s’étend sur deux kilomètres sur une partie récifale et lagonaire entre le motu du village Tukuhora et Temarie l’ancien chef-lieu de Anaa.

  • Étude scientifique des coraux et des super-prédateurs

    Un programme d'exploration scientifique sur une année entière, consacré à l’étude des coraux et des super-prédateurs en Polynésie Française, a débuté le 11 août. Il s’inscrit dans le cadre d’une expédition, Under the pole 3, qui a pour objectif de réaliser un tour du monde des régions océaniques entre mai 2017 et 2020 et se focaliser dans les études sur la zone crépusculaire (zone mésophotique) qui se situe entre 50 et 150 m de profondeur.

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...