AvA, une bouffée d'oxygène Les News du fenua durable

AvA-Infos, ouvrons nos regards à la planète

SITE EN RESTRUCTURATION MAIS CONSULTABLE - 12/08/2022

        actualités, revues de presse

En savoir plus >>

Petite revue de presse dans laquelle il est question de protection de la biodiversité et de l'environnement mais aussi des conséquences du déréglement climatique pour nos îles : Annonce de la tenue, en février prochain, du 5e Congrès international sur les aires marines protégées ; Élaboration d'une « cartographie génétique » de la biodiversité marine du domaine maritime français, hexagonal et outre-mer, un outil-clé pour mieux la préserver ; À Napuka, fermeture d'un "dépotoir" communal par un proriétaire du terrain sur lequel la mairie déverse les déchets depuis plusieurs années ; À Punaauia, les riverains de Miri et du Lotus sont vent debout contre l’étude d’impact d'un projet immobilier qu’ils jugent minimisée ; Deux urbanistes appellent à l’urgence des décisions politiques avant que les habitants des Tuamotu ne deviennent les premiers réfugiés climatiques de la République.

 

BIODIVERSITÉ

# Dans un communiqué, l'Office français pour la biodiversité (OFB) indique la tenue - du 3 au 9 février à Vancouver, au Canada - du 5e Congrès international sur les aires marines protégées. Ce congrès, organisé en moyenne tous les quatre ans, réunit la communauté internationale des gestionnaires d'aires marines protégées et leurs partenaires institutionnels et scientifiques. Cette édition doit porter sur la mise en œuvre du “cadre stratégique pour la biodiversité”, avec le “développement de coopérations et de partenariats stratégiques pour la mise en œuvre de ce cadre”.

◊ Si l'on ne sait pas encore si la Polynésie française participera à ce congrès, indique Tahiti Infos - le Pays dispose, selon la Direction des ressources marines, d'une “expérience de plus de 60 ans en matière de création et de gestion d'espaces maritimes”. À titre d'exemples, en 2016, dix-huit aires marines protégées (AMP) ont été créées à Fakarava pour la réserve de biosphère. À Moorea, on compte également 8 AMP. Et plus récemment, le président du Pays a annoncé, le 12 février dernier, lors du One Ocean Summit, le lancement du Rahui Nui, avec la création d'une nouvelle aire marine protégée de plus de 500 000 km2 aux Australes.

Le 5e Congrès international sur les aires marines protégées aura lieu en février au Canada (Tahiti Infos)

Voir aussi : Le 5ème Congrès international sur les aires marines protégées aura lieu début février à Vancouver (Radio 1)

 

# La France, qui possède le deuxième domaine maritime mondial, va séquencer le génome de milliers d’espèces peuplant ses eaux hexagonales et d’Outre-mer, afin d’élaborer une « cartographie génétique » de sa biodiversité marine, outil-clé pour mieux la préserver. Sur huit ans, 4 500 espèces végétales et animales seront décryptées dans le cadre du programme baptisé ATLASea, co-piloté par le CNRS et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et financé à hauteur de 41 millions d’euros par l’État à travers le plan France 2030, a annoncé jeudi (12/01) le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. (…) Le programme doit aider à une meilleure gestion des stocks de pêche, notamment en étudiant l’impact des espèces invasives. Il servira aussi à identifier de nouvelles molécules dans le domaine médical, ou l’agronomie. Communiqué de l'AFP

Biodiversité : La France lance une vaste cartographie génétique de son milieu marin (Radio 1)

Biodiversité : la France lance une vaste cartographie génétique de son milieu marin (TNTV)

 

ENVIRONNEMENT/CONTESTATIONS

# À Napuka, Tutana Tetoe, une des propriétaires du terrain sur lequel la mairie déverse les déchets depuis plusieurs années, a décidé de fermer ce dépotoir” et surtout de porter cette affaire devant le tribunal de Papeete. De son côté, le tāvana s’étonne que celle-ci fasse surface aujourd’hui et décide de se plier à cette décision sans attendre le jugement de la justice. Depuis le transfert de la compétence aux communes par l’État, le traitement des déchets semble être un éternel problème pour les tāvana des Tuamotu. Un problème qui touche également toutes les îles éloignées de Polynésie, le transfert n’ayant pas été suivi des financements adéquats pour permettre aux communes d’assurer cette compétence. En effet, après l’affaire de Takaroa, où le tāvana de l’atoll avait enfoui “plusieurs tonnes de déchets” sur une terre privée, voici venu le tour de Napuka.

“Je ne veux plus de ce dépotoir” (Tahiti Infos)

+ Autre lieu, même problème…

L'un des territoires les plus éloignés de l'Hexagone, Wallis et Futuna, se retrouve face à un défi majeur : gérer la masse croissante de déchets liée à l'explosion des volumes des produits importés. Fanoi Ugatai a récemment fait de l’écologie son combat principal. Il y a urgence. Petit à petit, des solutions se mettent en place.

DOCU. L'archipel de Wallis et Futuna étouffe sous les déchets (Polynésie 1ère) ◊ En 1ère ligne

 

# Au-dessus du lotissement Miri de Punaauia, un nouveau projet de 79 lots est sur les rails. Mais les riverains de Miri et du Lotus sont vent debout contre l’étude d’impact qu’ils jugent minimisée. Ils s’inquiètent à la fois de la pression sur le réseau du lotissement existant et de l’impact environnemental. (…) L’association critique point par point l’étude d’impact qu’elle juge « minimisée » et contraire au SAGE (Schéma d’Aménagement Général de la Polynésie). (…) Première inquiétude : le décaissement de 200 000 m3 de terres, qui, selon ses calculs, entraînerait le passage de 100 camions de 20 tonnes par jour, pendant 2 ans. Actuellement vierge de tout aménagement, c’est le point de départ d’une randonnée vers le Mont Marau, très fréquenté par les marcheurs. La zone de forêt est pour le moment protégée et abrite des espèces d’oiseaux et une orchidée sauvage.

Grogne contre le projet immobilier, Haumana Park à Punaauia (Polynésie 1ère)

 

DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE

# La mer monte de 5 mm par an. Dit comme ça, cela paraît peu. Et pourtant, c’est déjà deux fois plus que la moyenne globale. Sur les îles basses comme les Tuamotu ou sur le littoral polynésien, cela fait une grande différence. Les plages sont déjà grignotées. La faute au dérèglement climatique. Deux urbanistes, notamment, ont travaillé sur le SAGE, le Schéma d’Aménagement Général de la Polynésie. Dans une tribune au journal Le Monde, ils appellent à l’urgence des décisions politiques avant que les habitants des Tuamotu ne deviennent les premiers réfugiés climatiques de la République. (…) Le changement climatique entraîne une montée du niveau de la mer. Entre 5 et 11 mm par an, selon les régions du Pacifique. Cela paraît peu, mais c’est déjà deux fois et demie à trois fois la moyenne globale. Il est responsable également d’inondations plus fréquentes et des effondrements de terrain…L’institut de recherche américain Climate Central (https://coastal.climatecentral.org/) a créé une  carte interactive.

Les habitants des Tuamotu seront-ils les premiers réfugiés climatiques de France? (Polynésie 1ère)

+ Autre lieu, même problème…

Aux Fidji, l’océan a déjà englouti le cimetière du petit village de Togoru, et ses habitants craignent d’avoir bientôt les pieds dans l’eau. Lavenia McGoon, 70 ans, était là quand les tombes ont été submergées. Communiqué de l’AFPDepuis, elle redoute le jour où les vagues viendront directement toquer à sa porte. En attendant, la vieille dame empile des pneus sous les cocotiers du front du mer, en espérant que cette protection de fortune lui offrira un répit. Pour elle, ce n’est qu’une question de temps avant que le changement climatique et la montée des eaux ne la poussent, avec sa famille, à déguerpir. « Personne ne peut arrêter l’eau », dit-elle simplement à l’AFP, face à la marée et à quelques crabes qui se carapatent vers des rochers. Togoru est un petit village de la côte sud de Viti Levu, la plus grande île de l’archipel fidjien. Comme dans des dizaines d’autres, le réchauffement climatique y impose sa dure réalité. (…) Communiqué de l’AFP

“Personne ne peut arrêter l’eau” : aux Fidji, le changement climatique noie les espoirs (TNTV)

« Personne ne peut arrêter l’eau » : aux Fidji, le changement climatique noie les espoirs (La Dépêche)

 

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...