AvA, une bouffée d'oxygène Les News du fenua durable

AvA-Infos, ouvrons nos regards à la planète

SITE EN RESTRUCTURATION MAIS CONSULTABLE - 12/08/2022

        actualités, revues de presse

En savoir plus >>

La COP 27 se tient du 6 au 18 novembre 2022 en Égypte. Les pays du Pacifique sont en première ligne face aux impacts du changement climatique ; Dans ce contexte, face aux projets d’exploitation des grands fonds, la Polynésie française se positionne fermement en faveur de la protection et la gestion durable de ses espaces et de ses espèces.

 

# Le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda a demandé mardi (07/11), une taxe mondiale sur les bénéfices des entreprises pétrolières et gazières pour financer le dédommagement des pays du Sud frappés par les catastrophes climatiques. Les Tuvalu ont de leur côté demandé un « traité de non-prolifération des carburants fossiles ». Il a également estimé que les grand pays émergents émetteurs de gaz à effet de serre, Chine et Inde, devraient abonder un fonds dédié à cette question, que réclament les pays vulnérables, au nom du principe pollueur-payeur. (…) Cette demande fait écho à celle du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, qui avait appelé en septembre les pays riches à « taxer les profits exceptionnels des entreprises productrices d’énergies fossiles » pour les redistribuer aux pays victimes des impacts du changement climatique et aux populations touchées par l’inflation. La question des pertes et dommages (ou préjudices) subis par les pays du Sud, très peu responsables du réchauffement climatique mais qui en subissent cruellement les effets, a été officiellement inscrite à l’agenda de la grande réunion de l’ONU sur le climat.

Climat : à la Cop27, les États insulaires veulent taxer les compagnies pétrolières et gazières (Radio 1)

Le pari du Vanuatu d'impliquer la Cour internationale de justice pour accélérer la lutte contre le réchauffement crée une "lueur d'espoir" chez les militants, qui comptent sur le poids du "glaive de la justice" pour faire pression sur les gouvernements. Le gouvernement de la petite île du Pacifique, en première ligne face aux impacts du changement climatique, avait annoncé en 2021 vouloir demander un “avis” à l’organe judiciaire des Nations unies. Un an plus tard, l’initiative s’est accélérée avec son lancement formel il a y deux semaines devant l’Assemblée générale de l’ONU, qui devrait voter dans les prochains mois pour y donner suite ou non. L’impact du changement climatique “sur les États insulaires en développement est particulièrement aigu (…) et nous avons vu cette année que le monde entier est vulnérable”, a déclaré l’ambassadeur du Vanuatu à l’ONU Odo Tevi lors de cette présentation du projet au nom d’une quinzaine de pays dont l’Allemagne, le Costa Rica, le Bangladesh ou la Nouvelle-Zélande. “Le monde est à la croisée des chemins. Et nous, en tant que leaders, avons l’obligation de préserver et de protéger la planète pour les générations futures”. Une idée qui fait mouche parmi les défenseurs de la planète qui participent à la conférence de l’ONU sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte. “Cette campagne est une lueur d’espoir qui a le pouvoir de donner un nouveau souffle aux négociations internationales”, se réjouit Yeb Sano, de Greenpeace, soulignant l'”excitation” autour de cette initiative.

Climat : le pari du Vanuatu sur la justice internationale soulève l’espoir (TNTV)

Pour rappel : La lutte contre le réchauffement climatique et la protection des océans encore une fois au centre des discussions et des décisions lors de la COP 27 qui vient de débuter en Égypte.

lutte contre le réchauffement climatique et protection des océan (AvA-Infos)

 

 

# Un projet de moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds marins polynésiens a été validé mercredi (09/11) en conseil des ministres et sera examiné prochainement par l’Assemblée. Alors que le président Macron a plaidé lundi (07/11), en Égypte, à la tribune de la COP27, pour une “interdiction de toute exploitation des grands fonds marins”, le conseil des ministres a validé mercredi la transmission à l’Assemblée d’un projet de moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds polynésiens. Un projet de texte soumis le 2 septembre dernier à l’avis du Conseil économique, social, environnemental et culturel et aujourd’hui sur le point d’être présenté au vote des élus de Tarahoi.

​Projet de moratoire de l’exploitation minière des grands fonds (Tahiti Infos)

Ce projet de moratoire, qui prend la forme d’une déclaration solennelle, permet à la Polynésie française de se positionner fermement en faveur de la protection et la gestion durable de ses espaces et de ses espèces. Il engage par ailleurs le Pays dans une stratégie d’acquisition de connaissances, scientifiques et traditionnelles, afin d’en inventorier et cartographier les composants. Dans ce cadre, le Président a insisté sur la nécessité de poursuivre les actions mises en place pour remettre, sur toutes les cartes, les noms vernaculaires des sites polynésiens. Compte-rendu-du-CM-du-091122

Le moratoire sur l’exploitation minière des grands fonds polynésiens transmis à l’Assemblée (TNTV)

L’idée de limiter par avance les projets d’exploitation des grands fonds a visiblement le vent en poupe. Voilà quelques jours, c’est Emmanuel Macron qui a demandé devant les chefs d’État de la COP27, réunis en Egypte, de prononcer une interdiction d’exploitation au niveau international. Peu de chance que le projet aboutisse à court terme, mais en attendant, c’est en Polynésie que l’idée fait son chemin. Édouard Fritch s’était engagé à mettre en place un moratoire dans notre ZEE. Après un avis du Cesec – où le texte a été salué, même si certains préfèreraient une interdiction complète et pérenne plutôt qu’une suspension temporaire – le texte a été validé en Conseil des ministres mercredi. (…) Attention pas d’exploitation ne veut pas dire pas d’exploration : le même texte engage le Pays dans une stratégie « d’acquisition de connaissances, scientifiques et traditionnelles, afin d’en inventorier et cartographier les composants ».

Exploitation des grands fonds marins : le moratoire fait son chemin (Radio 1)

(…) Ce projet de moratoire, qui prend la forme d’une déclaration solennelle, permet à la Polynésie française de se positionner fermement en faveur de la protection et la gestion durable de ses espaces et de ses espèces. Il engage par ailleurs le Pays dans une stratégie d’acquisition de connaissances, scientifiques et traditionnelles, afin d’en inventorier et cartographier les composants. (…) Du côté de l'opposition, Moetai Brotherson ne croit pas trop à l'annonce du président de la République (*), car selon lui, cela ne protège pas nos fonds marins en fonction que l'on se situe dans ou hors de la ZEE. Pour les écologistes, la déclaration du Président Macron* est ambiguë. Jacky Bryant estime qu'il y a des sujets beaucoup plus urgents à traiter comme la montée des eaux.

- Interdiction d'exploitation des fonds marins : la majorité approuve, l'opposition sceptique (Polynésie 1ère)

La ZEE française concernée par l'interdiction de l'exploitation des fonds marins lancée par le Président Macron lors de la COP 27 en Egypte. C'est ce qu'a répondu en substance le secrétaire d'Etat chargé de la mer au député Moetai Brotherson lors de la séance des questions au gouvernement aujourd'hui. (15/11/22). L’entretien audio.

Interdiction de l'exploitation des fonds marins : la ZEE de la Polynésie française concernée (Polynésie 1ère) article publié le 15/11/22

Interrogé par le député de Polynésie Moetai Brotherson, sur les fonds marins et l’interdiction de leur exploitation souhaitée par Emmanuel Macron, le secrétaire d’État chargé de la mer, Hervé Berville, a assuré que cette « interdiction totale de l’exploitation minière (…) s’applique (…) également dans la ZEE française ». (...). Lors de la COP 27, Emmanuel Macron « annonçait vouloir porter partout le message d’interdiction d’exploitation du fonds des océans »  rappelait le député de Polynésie, Moetai Brotherson (GDR). « Ce message ne s’adresse qu’à un périmètre limité » a-t-il toutefois précisé, celui des « eaux internationales » gérées par l’AIFM, déplorant que le chef de l’État n’ait pas eu « un mot sur la ZEE de la France ». « L’UICN avait adopté un moratoire sur l’exploitation des fonds marins, la France s’est abstenue », a-t-il aussi rappelé. « Ce message ne s’adresse qu’à un périmètre limité » a-t-il toutefois précisé, celui des « eaux internationales » gérées par l’AIFM, déplorant que le chef de l’État n’ait pas eu « un mot sur la ZEE de la France ». « L’UICN avait adopté un moratoire sur l’exploitation des fonds marins, la France s’est abstenue », a-t-il aussi rappelé.

Il n’y aura pas de licence d’exploitation » des grands fonds marins dans la ZEE, confirme Paris (Radio 1) article publié le 17/11/22

Au cours de la séance de QAG (Questions Au Gouvernement) du 15 novembre, l'élu du Tavini huiraatira Moetai Brotherson a interpellé le Secrétaire d'Etat à la mer sur la protection des fonds marins. À la COP27, le Président de la République s’est une nouvelle fois prononcé contre l’exploitation des fonds marins. (…) C’est Hervé Berville, secrétaire d’État chargé de la mer, qui a répondu au député. “Cette interdiction s’appliquer bien évidemment (…) dans la ZEE française, a-t-il affirmé. Il n’y aura pas de licence d’exploitation pour mener ces activités néfastes, nocives poiur nos océans, dans la ZEE française.” Le secrétaire a également déclaré que le “combat” se poursuivra à l’international.

L’interdiction d’exploitation des fonds marins concernera également les ZEE de la France (TNTV) article publié le 15/11/22

 

(*) Macron plaide pour "l'interdiction de toute exploitation des grands fonds marins" à la COP 27 (Polynésie 1ère)


Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...