AvA, une bouffée d'oxygène Les News du fenua durable

AvA-Infos, ouvrons nos regards à la planète

SITE EN RESTRUCTURATION MAIS CONSULTABLE - 12/08/2022

        actualités, revues de presse

En savoir plus >>

L’association Ti’ai fenua (Nana sac plastique, atelier Tata'i) dresse le bilan de 2022. De gros projets sont prévus l’an prochain et dans cette dynamique l’association lance un appel à de potentiels bénévoles qui souhaiteraient s’engager en faveur de l’environnement ; Moana Van der Maesen expose ses oeuvres à l'international : un message pour pousser les humains à la préservation du vivant ; L’association Tamarii Pointe des pêcheurs fait partie des 4 lauréats en Polynésie de l’appel à projet pour la résilience des récifs coralliens et des écosystèmes associés ; Entretien: président de la Fédération des associations de protection de l'environnement, Winiki Sage, revient sur les grandes priorités de la Fape ; L'association Mokarran Protection Society, basée à Rangiroa, débute  un cycle de missions pour les trois prochaines années dédié à la migration (et donc à la protection) du Grand requin-marteau ; L’association sportive « Coureurs des Gambier » replante des dizaines d’arbres endémiques de l’archipel. L’objectif est de reboiser une partie de la forêt, envahie par des espèces invasives.

 

# À l’approche de la nouvelle année, l’association Ti’ai fenua dresse le bilan de 2022. De gros projets sont prévus (pour 2023) et dans cette dynamique l’association lance un appel à de potentiels bénévoles qui souhaiteraient s’engager en faveur de l’environnement.  L’association Ti’ai fenua qui rassemble en fait, sous une même enseigne le collectif nana sac plastique et le collectif Tat’ai, a mené cette année une trentaine d’actions. « Des succès qui ont jalonné 2022 » selon Moea Pereyre, la directrice de l’association, et qui seront donc reconduits en 2023. Parmi les grands rendez-vous que l’association a réussi à mettre en place cette année, on retrouve bien sûr des interventions dans le milieu scolaire, des formations-initiations à la réparation, mais surtout l’organisation des ateliers collaboratifs de réparation.

Environnement : l’association Ti’ai fenua cherche de nouveaux bénévoles (Radio 1)

# Il peint depuis à peine deux ans et son travail vient d’être sélectionné pour l’Art Fair de Milan 2023 où il exposera deux de ses œuvres. Une autre sera affichée à l’occasion d’une exposition collective à la galerie Van Gogh de Madrid.  Après deux ans à s’essayer à l’art, Moana Van der Maesen, un trentenaire au parcours professionnel atypique, s’apprête à exposer pour la première fois à l’international. Directeur d’une société de sécurité, il a tout mis de côté pour s’épanouir. Il se lance dans une première aventure en co-fondant l’association Nana sac plastique, avant d’entamer un voyage autour du monde. C’est pendant le confinement qu’il se découvre une passion pour l’art. (…) Un message fort qui veut pousser les humains à la préservation du vivant. Fervent défenseur de l’environnement, il utilise des techniques allant de l’acrylique au graff en passant par le mortier pour peindre des toiles très colorées qui mettent souvent en scène les fonds marins. L’océan l’inspire, comme il se doit lorsqu’on s’appelle Moana, et lui apporte « beaucoup de bonnes énergies ». Dans ses peintures, on retrouve donc très souvent des poissons…

Art : Moana Van der Maesen va exposer à Milan et Madrid (Radio 1)

# L’association Tamarii Pointe des pêcheurs fait partie des 4 lauréats en Polynésie de l’appel à projet pour la résilience des récifs coralliens et des écosystèmes associés, lancé par l’Office français pour la biodiversité. Son projet To’a Nu’uroa va combiner le bouturage du corail avec la collecte des algues Turbinaria ornata, qui seront transformées en fertilisant biologique. Tamarii Pointe des pêcheurs, créée en 2008, est active dans la restauration corallienne depuis 2014. . Dans cette zone, le corail est menacé par la pollution, la fréquentation des nageurs et leurs coups de palme, mais surtout par le changement climatique qui fragilise le corail. Et moins le corail est présent, plus la turbinaria ornata prolifère, surtout lorsque la qualité de l’eau est médiocre, explique Jessica Tran, la biologiste marine de l’association. Et si Tamarii Pointe des pêcheurs a été distinguée parmi d’autres candidats, c’est que son projet s’accompagne d’une valorisation de cette algue envahissante

Tamarii Pointe des pêcheurs : préserver le corail et valoriser les algues envahissantes (Radio 1)

# Alors que l'année 2022 a notamment été marquée par la fin du première partie du plan climat 2022-2030 et la tenue du Blue Climate Summit, le président de la Fédération des associations de protection de l'environnement, Winiki Sage, a accordé un entretien à Tahiti Infos. Il revient sur les grandes priorités de la Fape –refus de l'exploitation des fonds marins, la pêche dans le Pacifique, le traitement des déchets– et explique qu'il reste confiant quant à l'avenir.

“Il faut de grandes décisions” (Tahiti Infos)

# Après trois missions d'observation, sur trois ans, pour quantifier le nombre de grands requins-marteaux et comprendre les pics de fréquentation, l'association Mokarran Protection Society, basée à Rangiroa, débute en ce mois de décembre un cycle de missions pour les trois prochaines années dédié à la migration de ce requin. L'enjeu est de taille : le grand requin-marteau est une espèce gravement menacée d'extinction et Rangiroa semble être son sanctuaire. L'association Mokarran Protection Society, basée à Rangiroa, s'apprête à lancer sa quatrième mission d'observation des grands requins-marteaux. Cette association est née de l'intérêt et de la passion de trois moniteurs de plongée de l'atoll des Tuamotu pour cette espèce “mystérieuse”, mais qui n'avaient aucun bagage scientifique. (…) À l'issue de ces trois années d'observation, les premières conclusions ont pu être tirées : “Rangiroa est le sanctuaire de cette espèce au monde… (…) L'association Mokarran Protection Society est organisée en quatre pôles…

Mokarran Protection Society au chevet du grand requin-marteau (Tahiti Infos)

# Dans le cadre du projet de restauration du patrimoine naturel de Mangareva, l’association sportive « Coureurs des Gambier », appuyée par des élèves du collège de Rikitea, a replanté des dizaines d’arbres endémiques de l’archipel des GambierL’objectif est de reboiser une partie de la forêt, envahie par des espèces invasives. (…) Du village au pied du mont Mokoto, 200 m de dénivelé attendent les élèves de 4ème du collège Saint Raphaël de Rikitea. L’ambition de la journée, remonter une trentaine de plants de Kouariki, un arbre endémique des Gambier.  Pour les aider dans leur action du jour, les élèves ont pu compter sur les bénévoles de l’association et le botaniste Jean-François Butaud. Au total, 15 élèves, accompagnés de leur professeur ont participé au projet de restauration, dans la joie et la bonne humeur tout en étant conscient que c’est de leur avenir dont il est question. L’objectif à terme est de réintroduire un maximum d’espèces endémiques des Gambier comme le kouariki ou le Pukamonga.

“Coureurs des Gambier” restaure le patrimoine naturel de Mangareva (TNTV)

Contactez la rédaction

e mail ava infosContactez directement l'équipe de rédaction de AvA en écrivant à cette adresse : contact@ava-infos.org ou en utilisant le formulaire suivant.

Un site d'infos participatif

PlumeAvA-infos est un site d'information participatif. Vous faites partie d'une association, vous êtes actif dans le développement durable ? Envoyez vos articles à paraître sur AvA-infos, ou indiquez vos prochains rendez-vous à ne pas rater dans l'Agenda...